Nucléaire iranien : «un nouveau site secret» affirme l'opposition en exil

le
0
Nucléaire iranien : «un nouveau site secret» affirme l'opposition en exil
Nucléaire iranien : «un nouveau site secret» affirme l'opposition en exil

Photos satellites, précisions géographiques et témoignages oculaires à l'appui, l'opposition iranienne en exil (le CNRl - Conseil National de la Résistance Iranienne, dont le siège est basé à Auvers-sur-Oise (Val d'Oise) en région parisienne) a affirmé ce lundi, lors d'une conférence de presse à Paris, avoir décelé un nouveau site clandestin du programme nucléaire iranien.

«Aujourd'hui nous dévoilons l'existence d'un autre site nucléaire non déclaré», a affirmé Mehdi Abrichamtchi, le président de la commission de la Paix et de la sécurité du CNRI. «Ce site nucléaire a été construit en toute clandestinité et dissimulé dans une vaste zone militaire près de la ville d'Ispahan. (au centre-ouest du pays, à 450 km au sud de Téhéran, NDLR)», a-t-il précisé. « La dictature en Iran poursuit en parallèle des projets atomiques déjà dévoilés, d'autres projets clandestins.»

Selon les informations obtenues par la Résistance iranienne, Téhéran est en train de construire des sites parallèles clandestins pour son programme d'armement nucléaire. Ces informations ont été réunies par l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (l'OMPI fait partie de la résistance iranienne) à l'intérieur du pays. Certaines sources se trouvent au sein même du régime, selon le CNRI, organisation farouchement opposée au régime des mollahs.

Des informations invérifiables

Si ces informations sont invérifiables sur le terrain, le Conseil national de la Résistance iranienne a dévoilé durant ces dix denières années l'existence de sites et de centres impliqués dans le projet nucléaire clandestin du régime iranien qui ont été corroborés par la suite par l'AIEA (l'Agence Internationale de l'Energie Atomique).

Comme les sites de Natanz (enrichissement d'uranium ) et d'Arak (réacteur à plutonium de l'eau lourde) en août 2002, confirmés par l'AIEA un peu plus tard lors d'une visite. Ou encore la révélation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant