Nucléaire iranien : un accord historique trouvé à Genève

le
0
Nucléaire iranien : un accord historique trouvé à Genève
Nucléaire iranien : un accord historique trouvé à Genève

C'est fait. Après dix ans de crise et des rounds de négociations interminables, les diplomates iraniens et le groupe des «5+1» (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne), réunis à Genève, sont finalement parvenus à un accord sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, dimanche peu avant trois heures du matin. Washington et ses alliés avaient imposé depuis des années des sanctions économiques pour faire pression sur l'Iran afin qu'il interrompe son programme nucléaire. Le pays est soupçonné par Washington et ses alliés d'avoir des visées militaires, ce que Téhéran a toujours démenti.

L'annonce de cet accord a été faite simultanément sur Twitter par Michael Mann, le porte-parole de la diplomate en chef de l'Union européenne Catherine Ashton, et le ministre iranien des Affaires Etrangères Mohammad Javad Zarif d'un sobre «Nous sommes parvenus à un accord».

#EU High Rep #Ashton: "We have reached agreement between E3+3 and Iran."? Michael Mann (@EUHighRepSpox) 24 Novembre 2013

We have reached an agreement.? Javad Zarif (@JZarif) 24 Novembre 2013

Les termes de l'accord sont encore flous, même s'ils tout le monde s'accorde à dire que Téhéran a accepté de suspendre l'enrichissement d'uranium au-delà de 5% et qu'en contrepartie, les Occidentaux allègent les sanctions.

>> Ce que l'on sait de l'accord

Les ministres se congratulent. Une heure plus tard, Catherine Ashton, entourée de tous les ministres engagés dans la négociation sur le programme nucléaire iranien, a lu une déclaration commune : «Nous sommes parvenus à un accord sur un plan d'action», a-t-elle dit, avec à ses côtés le ministre iranien des Affaires Étrangères Mohammad Javad Zarif. Les ministres des «5+1» (États unis, Chine, Russie, Grande Bretagne, France et Allemagne) se sont ensuite chaleureusement congratulés avec Zarif, ce dernier évitant de serrer la main de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant