Nucléaire iranien-Progrès "insuffisants", dit la France à l'Onu

le
0

NATIONS UNIES, 25 mars (Reuters) - La France a estimé mardi que des progrès "insuffisants" avaient été faits pour parvenir à un accord sur le programme nucléaire de l'Iran entre Téhéran et le groupe des six grandes puissances, avec des divergences notamment sur la recherche et le développement et la question des sanctions. "L'Iran doit maintenant faire des choix difficiles s'il souhaite vraiment regagner la confiance de la communauté internationale", a déclaré François Delattre, l'ambassadeur de France auprès des Nations unies, lors d'une réunion du Conseil de Sécurité consacrées aux sanctions contre l'Iran. L'Iran, et le groupe du P5+1, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Chine, Russie, Royaume-Uni) + l'Allemagne, doivent reprendre leurs négociations cette semaine en Suisse avec pour objectif de conclure un accord politique pour le 31 mars et un accord complet, avec les détails techniques, pour le 30 juin. La principale pierre d'achoppement, disent les pays occidentaux, restent la demande de l'Iran à ce qu'il n'y ait pas de limite à son programme de recherche et développement pour les centrifugeuses de haut niveau, qui purifient l'uranium qui sera utilisé dans des réacteurs nucléaires, ou, s'il est hautement enrichi, dans les armes. Un autre problème concerne les sanctions. L'Iran veut la levée immédiate de toutes les sanctions de l'Onu une fois l'accord conclu, ainsi que des sanctions les plus handicapantes mises en place par les Etats-Unis et l'Union européenne. DIVERGENCES IMPORTANTES "L'Iran va devoir faire montre de plus de souplesse et prendre certaines décisions difficiles dans les jours qui viennent si nous voulons conclure un accord", a déclaré au Conseil l'ambassadeur adjoint du Royaume-Uni, Peter Wilson. Durant les discussions la semaine dernière, la France a insisté pour que la période de restriction sur les travaux nucléaires de l'Iran soit plus longue. Elle s'est aussi opposée à l'idée de suspendre certaines sanctions de l'Onu relativement rapidement. "Nous sommes déterminés à parvenir à un accord solide (...) qui permette l'établissement et la garantie à long terme des buts exclusivement pacifiques du programme nucléaire iranien", a déclaré François Delattre. L'Iran nie avoir des ambitions en matière d'armement nucléaire. "Il y a encore des divergences importantes et des choix importants qui doivent être faits dans ces négociations", a déclaré l'ambassadeur adjoint des Etats-Unis David Pressman. "Nous travaillons pour voir si nous pouvons parvenir à un cadre politique pour la fin mars qui aborde les éléments clés d'un accord global", a-t-il ajouté. Moscou, a dit l'ambassadeur de Russie, Vitali Tchourkine, "continuera à tout faire (...) pour trouver une conclusion définitive et globale de ces questions liées au programme nucléaire iranien et pour faire sortir Téhéran des sanctions mises en place par les résolutions afférentes du Conseil de sécurité." (Michelle Nichols; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant