Nucléaire iranien : Netanyahou défie Obama sur son sol

le
1
Nucléaire iranien : Netanyahou défie Obama sur son sol
Nucléaire iranien : Netanyahou défie Obama sur son sol

Affrontement diplomatique en vue. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou va défier le président américain Barack Obama en dénonçant, ce mardi après-midi, devant le Congrès des Etats-Unis l'accord sur le nucléaire iranien que Washington veut conclure avec Téhéran à la fin du mois.

Après ses deux interventions au Congrès en 1996 et en 2011, il sera le seul dirigeant étranger, avec Winston Churchill, à s'être exprimé à trois reprises dans le temple de la démocratie américaine. Les Etats-Unis abritent la deuxième diaspora juive au monde, après Israël.

Surtout, au moment où Netanyahou s'adressera solennellement au Capitole, à l'invitation de l'opposition parlementaire à Obama, les chefs des diplomaties américaine et iranienne, John Kerry et Mohammad Javad Zarif, négocieront en Suisse la dernière ligne droite vers un règlement définitif censé encadrer le programme nucléaire de la République islamique.

Il l'a déjà fait lundi, devant 16 000 délégués du groupe de pression américain pro-israélien Aipac, torpillant le projet d'accord. Il «pourrait menacer la survie d'Israël», a-t-il tonné, arguant que le régime chiite ennemi pourrait un jour, sous couvert de cet accord, fabriquer la bombe atomique. Le Premier ministre israélien, en campagne électorale pour les législatives du 17 mars, devrait répéter son concept d'«envoyé (...) de l'ensemble du peuple juif», expression qu'il s'attribue à lui-même, une idée qu'il a illustrée en appelant les Juifs de France à s'installer en Israël après les attentats de janvier.

Netanyahou ne devrait pas rencontrer Obama. Le voyage s'est fait à l'invitation du président républicain de la Chambre des représentants John Boehner, dans le dos de l'administration démocrate et a provoqué la colère de la Maison Blanche. Depuis, chacun avance ses arguments divergents. Barack Obama a accusé Benjamin Netanyahou de s'être trompé par le passé sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mardi 3 mar 2015 à 09:28

    Poutine aurait vite réglé cet affront !