Nucléaire iranien : malgré l'accord repoussé, Téhéran affiche son optimisme

le
1
Nucléaire iranien : malgré l'accord repoussé, Téhéran affiche son optimisme
Nucléaire iranien : malgré l'accord repoussé, Téhéran affiche son optimisme

Après sept jours de pourparlers ininterrompus à Vienne en Autriche, les grandes puissances (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) et l'Iran ne sont pas parvenus lundi à trouver un accord complet et annoncé comme «historique» sur le programme nucléaire de Téhéran et notamment sur l'enrichissement de l'uranium. Les parties se sont donné jusqu'au 30 juin 2015 pour continuer de négocier. Comme c'était déjà le cas depuis un an, l'Iran va bénéficier d'un dégel de ses avoirs à hauteur de 700 millions de dollars par mois pendant cette période, et s'abstiendra en échange d'une partie de ses activités nucléaires.

Néanmoins l'optimisme prévaut à Téheran. Le président iranien Hassan Rohani, qui joue sa crédibilité sur ce dossier (lire ci-dessous), déclaré que les discussions intenses qui ont permis de «régler la plupart des différends». Il a affirmé à la télévision d'Etat, affirmant que «ce chemin aboutira à un accord définitif». Pour le secrétaire d'Etat américain John Kerry, l'Iran et les grandes puissances ont fait «d'importants progrès».

Alors que les tensions internationales sur le programme nucléaire iranien durent depuis douze ans, un accord complet lundi soir aurait redonné du souffle à l'économie iranienne, grâce à la levée de l'embargo occidental sur le pétrole. Il aurait aussi offert des perspectives de normalisation entre l'Iran et l'Occident, voire des coopérations en Irak et en Syrie. Ce résultat, un demi-échec par rapport à l'ambition de conclure, préserve néanmoins les chances du dialogue.

Le groupe «5+1» (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne) exige que l'Iran réduise ses capacités nucléaires et le nombre de centrifugeuses, afin d'exclure tout débouché militaire. Téhéran, qui soutient que son programme nucléaire est strictement pacifique, revendique son droit à une filière nucléaire civile complète et demande la levée des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 24 nov 2014 à 17:41

    Taqqya quand tu nous tiens, comme ça ils vont pouvoir continuer.