Nucléaire iranien-Les détails techniques abordés à Lausanne

le
0

par Parisa Hafezi et John Irish LAUSANNE, 18 mars (Reuters) - Les experts américains et iraniens chargés des négociations sur le programme nucléaire de la République islamique se sont attaqués mercredi à Lausanne aux détails de l'accord cadre censé voir le jour avant la fin du mois. Ernest Moniz, secrétaire américain à l'Energie, et Ali Akbar Salehi, directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, ont donné le coup d'envoi de ce nouveau cycle de discussions. John Kerry, chef de la diplomatie américaine, son homologue iranien Mohammad Javad Zarif et Helga Schmid, directrice politique des affaires étrangères de l'Union européenne, se sont ensuite joints à eux. "Nous discutons des détails, ce qui demande beaucoup de travail (...) Nous nous efforçons de surmonter nos divergences. Nous pourrons accomplir des progrès si les autres parties font preuve de volonté politique", a commenté Mohammad Javad Zarif. La veille, Ali Akbar Salehi avait assuré que 90% des détails techniques étaient réglés. Il a ensuite ajouté qu'un ou deux points restaient en suspens. Moins optimiste, la délégation européenne fait quant à elle état de progrès dans l'identification des différentes options techniques envisageables pour chacun des grands points de la discussion, mais ajoute qu'il y a encore beaucoup à faire. "S'il doit y avoir un accord, je ne vois pas comment il pourrait être significatif sans un aspect quantitatif", a souligné un membre de l'équipe américaine, évoquant notamment le nombre de centrifugeuses que l'Iran serait autorisé à conserver et son stock de matières fissiles. ID:nL6N0WJ43M "AGRESSEURS PAR NATURE" Des représentants des autres Etats-membres du groupe "P5+1" qui négocie avec l'Iran, à savoir France, Grande-Bretagne, Allemagne Chine et Russie, étaient attendus dans la journée à Lausanne. L'objectif est donc de parvenir avant la fin du mois à un accord de principe sur l'encadrement du programme nucléaire iranien en vue d'un règlement définitif du contentieux d'ici à la fin juin. Dans le camp occidental comme du côté de Téhéran, on doute qu'il puisse être conclu dès cette semaine et on juge qu'au moins un cycle de discussions supplémentaire sera nécessaire. "Il n'y a toujours pas de percée. Nous allons voir ce qui se passe dans les 24 prochaines heures", a commenté un diplomate occidental. Les élections législatives israéliennes, remportées par le Likoud de Benjamin Netanyahu qui n'était pourtant pas favori, ont été largement évoquées dans les couloirs de l'hôtel où se déroulent les négociations. Le Premier ministre sortant, farouchement hostile à tout accord avec Téhéran, en a fait l'un des principaux points de sa campagne. John Kerry s'est refusé à tout commentaire sur l'issue du scrutin. "Pour nous, il n'y a pas de différence entre les partis politiques du régime sioniste. Ce sont tous des agresseurs par nature", a quant à elle déclaré Marizeh Afkham, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, lors de son point de presse hebdomadaire à Téhéran. (Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant