Nucléaire iranien : les détails d'un accord historique

le
0
Nucléaire iranien : les détails d'un accord historique
Nucléaire iranien : les détails d'un accord historique

Les détails de l'accord historique sur le nucléaire iranien ont été communiqués par le ministère russe des Affaires étrangères et l'agence iranienne Fars News quelques heures après sa signature à Genève (Suisse). Chaque partie semble avoir son interprétation du texte: côté iranien, on affirme qu'il contient une «référence claire selon laquelle l'enrichissement (de l'uranium, ndlr) va continuer» dans le pays; côté américain, on assure que l'accord de Genève ne «reconnaît pas le droit à l'enrichissement». Cette question a longtemps été considérée comme la principale pierre d'achoppement des négociations.

Six mois. Le texte desserre l'étau de certaines sanctions économiques envers l'Iran en échange d'une révision à la baisse du programme nucléaire de Téhéran, qui se soumettra à des inspections internationales plus poussées pendant six mois. Une «solution complète» sera négociée plus tard puisque l'accord porte sur «une première étape de six mois, renouvelable par consentement mutuel».

Uranium enrichi limité à 5%. L'accord prévoit que l'Iran arrête d'enrichir l'uranium au-dessus de 5% et d'installer de nouvelles centrifugeuses. L'Iran promet de neutraliser ses stocks d'uranium enrichi à 20%. Il vont «être transformé en combustible pour le réacteur de Téhéran, selon nos besoins et nos plans», a souligné le ministre iranien.

Arrêt de réacteurs. L'Iran s'engagerait par ailleurs a arrêter le projet de réacteur en eau lourde d'Arak, une condition imposée par la France. De même pour l'usine de Natanz et celle de Fordo.

Visite sur les sites nucléaires iraniens. D'autres part, l'Iran «permettra l'accès quotidien de ses sites à des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et communiquera des données sur le fonctionnement du réacteur d'Arak». Sauf que selon Téhéran, l'accord n'aborde pas le protocole additionnel du Traité de non-prolifération, qui permet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant