Nucléaire iranien : l'Iran et les grandes puissances n'y arrivent pas

le
0
Les ministres du groupe des 5+1 au complet en compagnie du ministre iranien des Affaires étrangère, Mohammad Javad Zarif.
Les ministres du groupe des 5+1 au complet en compagnie du ministre iranien des Affaires étrangère, Mohammad Javad Zarif.

C'est désormais une évidence. Une semaine de négociations intenses n'aura pas suffi à combler le fossé entre l'Iran et les grandes puissances. Tandis que les pourparlers à huis clos se poursuivent entre les ministres des deux camps, plusieurs sources diplomatiques indiquent d'ores et déjà qu'aucun accord complet ne sera conclu avant la date butoir de lundi minuit. En l'absence de solution, et pour éviter le retour des sanctions internationales gelées depuis un an, les deux parties devraient s'efforcer de poursuivre les négociations le mois prochain, et ce, probablement jusqu'au 1er juillet 2015, selon un diplomate occidental.

Problème, un an après l'accord intermédiaire de Genève, qui avait gelé les capacités nucléaires les plus avancées de l'Iran en échange d'une levée partielle des sanctions internationales, aucun progrès n'a été effectué sur les deux points les plus sensibles des pourparlers. Pour s'assurer du caractère pacifique du programme nucléaire iranien, les 5 + 1 (les cinq pays du Conseil de sécurité - les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine - et l'Allemagne) souhaitent limiter les capacités d'enrichissement d'uranium de l'Iran, voie la plus rapide pour accéder à la bombe atomique, ce que Téhéran nie farouchement.

Rien n'est réglé

Pour ce faire, ils réclament de Téhéran une baisse significative du nombre de centrifugeuses, ainsi que du stock d'uranium déjà enrichi. La réduction de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant