Nucléaire iranien : l'accord qui fait mal en Israël

le
0
Dès la nouvelle de l'accord-cadre tombée, le gouvernement a fustigé un accord qui menace la survie même d'Israël.
Dès la nouvelle de l'accord-cadre tombée, le gouvernement a fustigé un accord qui menace la survie même d'Israël.

Fait très inhabituel, quelques heures avant le début de Pessah, la Pâque juive, Benjamin Netanyahu a réuni, à Jérusalem, son cabinet de sécurité. Tous les ministres sont tombés d'accord pour condamner l'accord-cadre conclu à Lausanne, qui, selon le communiqué officiel, "représente un grave danger pour la région, le monde, et menace la survie même de l'État d'Israël. Aucune installation nucléaire iranienne ne sera fermée. Aucune centrifugeuse ne sera détruite en Iran où pourra se poursuivre la recherche sur des centrifugeuses encore plus avancées. Au lieu de bloquer le programme nucléaire iranien, l'accord permet à Téhéran d'acquérir l'arme atomique". Et le communiqué d'ajouter : "Il y a 48 heures, le commandant des forces de sécurité iraniennes a déclaré : la destruction d'Israël n'est pas négociable. Une chose doit être claire pour tous : la survie d'Israël n'est pas négociable. Nous exigeons que tout accord définitif avec l'Iran inclue une reconnaissance claire et sans ambiguïté du droit d'Israël à exister."

"Le terrorisme récompensé"

C'est aussi le ton de la plupart des médias israéliens. Israel Hayom, le quotidien progouvernemental, pose la question : "Pourquoi commencerions-nous à croire les Iraniens ?" Boaz Bismuth, l'éditorialiste de politique étrangère, conclut : "Obama pense qu'il a fait l'histoire, Le problème est qu'à Téhéran on le pense aussi. Mais, en fait, la leçon à tirer de ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant