Nucléaire iranien -Encore des divergences à Lausanne

le
1

(actualisé avec déclarations de diplomates) par Parisa Hafezi et John Irish et Louis Charbonneau LAUSANNE, Suisse, 30 mars (Reuters) - Les ministres des Affaires étrangères de l'Iran et du groupe "P5+1" se sont réunis lundi matin à Lausanne pour tenter de trouver un terrain d'entente, à moins de 48 heures de la date-butoir fixée pour la conclusion d'un accord préliminaire sur le programme nucléaire de Téhéran. Un tel accord doit ouvrir la voie à un règlement définitif censé être conclu au plus tard le 30 juin. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, qui ont déjà discuté tout au long du week-end, ont été rejoints lundi matin par le Britannique Philip Hammond, le Français Laurent Fabius, l'Allemand Frank-Walter Steinmeier, le Russe Sergueï Lavrov et le Chinois Wang Yi afin de tenter de surmonter les divergences qui persistent. "L'entrée en scène des six ministres, c'est la poussée politique pour convaincre l'Iran", décryptait dimanche un diplomate occidental. Ils ont discuté pendant une heure dans la matinée et devaient se revoir dans le courant de la journée. Les négociations pourraient durer au moins jusqu'à la date-butoir de mardi minuit, voire au-delà, ont déclaré certains responsables. Si un accord-cadre est conclu à Lausanne, les participants pourraient se rendre à Genève pour une cérémonie de signature. Laurent Fabius et Frank-Walter Steinmeier ont annulé le déplacement conjoint qu'ils devaient effectuer ce lundi au Kazakhstan, afin de rester à Lausanne. Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a renoncé pour sa part à participer à Boston à une cérémonie à la mémoire d'Edward Kennedy. TROIS POINTS EN SUSPENS Frank-Walter Steinmeier a parlé de "certains progrès et de certains reculs au cours des dernières heures". "Je ne peux pas exclure de nouvelles crises lors de ces négociations", a-t-il dit aux journalistes à Lausanne. Si certains points ont été réglés, d'autres continuent à poser problème et laissent planer le doute sur l'issue des discussions. L'Iran et les Etats membres du P5+1 ont évoqué des propositions de compromis destinées à rendre un accord-cadre possible. Un diplomate occidental présent à Lausanne a émis des doutes quant à la capacité à des négociateurs à conclure un accord préliminaire d'ici à mardi minuit. Il a fait état de trois gros points de friction qui restent à résoudre : la durée d'application d'un éventuel accord, le calendrier de la levée des sanctions de l'Onu et leur rétablissement en cas de non respect de l'accord par Téhéran. "On a avancé sur certains points mais il reste essentiellement trois points difficiles, l'un concerne la période après les dix premières années - entre l'année 11 et l'année 15 - l'autre, la levée des sanctions et la troisième le 'snapback', c'est-à-dire les mécanismes de garantie si les engagements ne sont pas respectés", a détaillé le diplomate. (Eric Faye et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 30 mar 2015 à 12:16

    Les Occidentaux vont encore se faire avoir.