Nucléaire iranien : dans le secret des négociations

le
2
Rencontre trilatérale entre le secrétaire d'État américain, John Kerry (à gauche), la représentante du groupe des 5 + 1 (Catherine Ashton) et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jav
Rencontre trilatérale entre le secrétaire d'État américain, John Kerry (à gauche), la représentante du groupe des 5 + 1 (Catherine Ashton) et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Jav

C'est le rendez-vous de la dernière chance pour l'Iran et la communauté internationale. En cas d'accord sur l'épineux dossier du nucléaire iranien, l'un des plus anciens contentieux internationaux trouverait une issue pacifique, permettant à la République islamique de signer son retour dans le concert des nations. Au contraire, un échec relancerait la dynamique des sanctions contre Téhéran, qui relancerait de facto ses activités illicites : un cocktail explosif qui conduirait tout droit à la guerre.

Pour trouver un accord global à une crise de plus de dix ans, les membres du "5 + 1" (les cinq pays du Conseil de sécurité - les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine - et l'Allemagne) et l'Iran travaillent d'arrache-pied à Vienne depuis mardi dernier alors que le délai arrive à expiration à minuit lundi. À la tête des "5 + 1", la baronne Catherine Ashton, ancienne chef de la diplomatie européenne. À ses côtés figure l'influent secrétaire d'État américain, John Kerry. Et face à eux, le ministre iranien des Affaires étrangères, le "modéré" Mohammad Javad Zarif.

"Des chances que l'on n'y arrive pas" (source européenne)

Réunies dans le palais Coburg, un luxueux palace surplombant le Danube, les délégations ont multiplié les rencontres bilatérales ou trilatérales à huis clos. Chacune se compose d'un directeur politique, de conseillers diplomatiques et d'experts techniques, le tout supervisé par les ministres...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le lundi 24 nov 2014 à 09:44

    Un peu comme Israël le fait.

  • 35924358 le dimanche 23 nov 2014 à 15:43

    Dans le secret des négociations, Téhéran poursuit inexorablement la construction de ses bombes nucléaires. Mais attention, uniquement à des fins humanitaires. Uniquement.