Nucléaire iranien : coup d'envoi des négociations à Genève

le
0
Nucléaire iranien : coup d'envoi des négociations à Genève
Nucléaire iranien : coup d'envoi des négociations à Genève

Les négociations sur le programme nucléaire iranien ont commencé ce mardi et vont durer deux jours. L'Iran et les pays du groupe des 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne) se sont retrouvés à Genève (Suisse) pour essayer de relancer un dialogue en panne via une «proposition» présentée par l'Iran, dans un nouveau climat d'espoir.

Ces attentes sont d'autant plus grandes que le nouveau président iranien Hassan Rohani a multiplié les gestes d'ouverture à l'intention des Occidentaux et en premier lieu des Etats-Unis.

«Depuis l'élection de M. Rohani, il y a des signaux de Téhéran (montrant que les Iraniens) veulent s'engager dans des négociations, qu'ils veulent être plus transparents. La preuve serait qu'ils fassent de vrais progrès dans ces négociations», a affirmé Michael Mann, porte-parole de Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne qui préside les négociations.

L'Iran souhaite un accord en moins d'un an

La proposition iranienne étant restée confidentielle pour l'heure, les rares indications fournies montrent que l'objectif serait d'aboutir à un accord en moins d'un an. Avec une première étape dans un ou deux mois. Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères, a déjà évoqué la nécessité de tenir rapidement une nouvelle réunion.

nt

Pour la première fois, la délégation américaine, menée par la secrétaire d'Etat adjointe aux affaires politiques Wendy Sherman, est accompagnée de responsables de la mise en place des sanctions économiques contre l'Iran. Des sanctions qui pèse lourdement sur l'économie iranienne. Cette présence est interprétée, par des experts américains de la négociation, comme un signe d'ouverture de Washington.

Les occidentaux s'inquiètent toujours d'une bombe atomique iranienne

Les Occidentaux et Israël soupçonnent l'Iran de cacher un volet militaire sous couvert de son programme nucléaire civil. Ils s'inquiètent de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant