Nucléaire : Hollande rencontre le nouveau dirigeant iranien à l'ONU

le
0
Nucléaire : Hollande rencontre le nouveau dirigeant iranien à l'ONU
Nucléaire : Hollande rencontre le nouveau dirigeant iranien à l'ONU

C'est une rencontre inédite à ce niveau depuis 2005, quand Jacques Chirac s'était entretenu à Paris avec Mohammad Khatami.

François Hollande rencontre en début d'après-midi à l'ONU le nouveau dirigeant iranien Hassan Rohani. Objectif : sonder ses intentions alors que son pays est soupçonné de vouloir se doter de la bombe atomique. A la tribune des Nations Unies, le président français va par ailleurs évoquer le dossier syrien.

Une rencontre à la demande iranienne. L'entretien, sollicité par la partie iranienne, a été soigneusement préparé lundi par les collaborateurs des présidents Hollande et Rohani, qui se sont accordés sur l'ordre du jour. Hassan Rohani, observe-t-on de source française, s'est imposé en «big star» de cette assemblée générale de l'ONU. Il reste à vérifier que les signes d'ouvertures et «l'offensive de charme» du nouveau pouvoir iranien ne sont pas de vains mots, souligne-t-on de même source. Et même s'il ne s'agit pas, dans l'esprit des diplomates français, «de résoudre tous les problèmes» en 45 minutes, l'intention est de «vérifier la disponibilité» iranienne à «progresser sur les sujets contentieux».

La France veut rester ferme. «Nous sommes prêts à engager le dialogue avec l'Iran mais, dans la vraie vie, on a de gros problème avec Téhéran : le programme nucléaire se poursuit, y compris dans ses aspects les plus dangereux», observe-t-on dans l'entourage du président français. La France, aura un «niveau d'exigence élevé» à l'égard de Téhéran. Elle exige que les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) puissent accéder à l'ensemble des sites nucléaires iraniens, que Téhéran réponde aux questions de cette agence de l'ONU et se plie aux décisions du Conseil de sécurité. A ces conditions, Paris pourrait envisager la levée des sanctions internationales qui pénalisent fortement l'économie iranienne.

Une poignée de main Obama-Rohani ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant