Nucléaire : Fessenheim et Cattenom doivent mieux protéger leurs travailleurs

le
0
Nucléaire : Fessenheim et Cattenom doivent mieux protéger leurs travailleurs
Nucléaire : Fessenheim et Cattenom doivent mieux protéger leurs travailleurs

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a lancé mardi des inspections renforcées dans les centrales nucléaires de Fessenheim (Haut-Rhin) et Cattenom (Moselle), considérées toutes deux comme de mauvaises élèves pour la radioprotection des travailleurs. Aussi font-elles «l'objet d'inspections renforcées du 4 au 6 juin», a indiqué Florien Kraft, chef de la division de Strasbourg de l'ASN.

Dans l'ensemble, la centrale de Cattenom, tout comme celle Fessenheim, respecte la sécurité. Mais comme pour le voisin alsacien, le site lorrain «doit progresser dans la gestion des aléas et la préparation des interventions, notamment sur la communication entre les différents acteurs », souligne le chef de la division de Strasbourg de l'ASN.

Des écarts de conduite

L'autorité a notamment épinglé à Fessenheim «des défauts de balisage indiquant un risque radiologique», du «personnel intervenant dans une zone sans autorisation», ou des «sorties de zones sans contrôle préalable». Elle y a également relevé «des écarts ponctuels dans la surveillance des prestataires», à l'instar d'un sous-traitant chargé de faire des relevés de radioactivité, alors qu'il n'y avait «pas de procédure de contrôle» de son travail, selon le chef de la division du Nord-Est. Globalement toutefois, Fessenheim, plus vieille centrale de France «se distingue positivement en matière de sûreté nucléaire» par rapport à la moyenne, a tempéré Florien Kraft.

«Plus de rigueur»

Si le bilan est aussi «globalement satisfaisant» à Cattenom, EDF doit y faire preuve de «plus de rigueur sur les opérations de maintenance», a jugé M. Kraft. Quelque 47 incidents sont survenus en 2012 à Cattenom dont 2 incidents de niveau 1 et un de niveau 2, mais officiellement sans gravité pour la population. Cela «montre que beaucoup sont dus à une rigueur insuffisante dans la préparation ou la coordination d'une intervention», remarque l'ASN dans son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant