Nucléaire : des soudures à revoir sur l'EPR de Flamanville

le
6
Nucléaire : des soudures à revoir sur l'EPR de Flamanville
Nucléaire : des soudures à revoir sur l'EPR de Flamanville

Accusant déjà cinq ans de retard, le chantier de l'EPR de Flamanville (Manche) ressemble de plus en plus à une arlésienne. De nouveaux défauts de soudure ont été détectés sur le réacteur nucléaire en construction. Mais EDF, désormais discret sur la date de démarrage du réacteur, affirme ce vendredi que que le chantier se poursuit «à plein régime».

«On a malheureusement détecté des défauts sur trois des vingt-quatre soudures (de 10 cm d'épaisseur chacune) du circuit primaire», a déclaré le directeur du chantier Antoine Ménager lors d'une présentation de l'avancée du chantier à des élus à Flamanville. «Comme d'habitude, on va faire ce qu'il faut pour réparer complètement le défaut», a-t-il ajouté.

Pour la première fois lors de ces présentations, l'ingénieur EDF n'a cité aucune date de démarrage. Interrogé par des journalistes, Antoine Ménager a répondu qu'il ne pouvait en dire plus que sa direction. Le 19 mai dernier sur Europe 1, le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy s'était contenté d'indiquer qu'il «espérait» un lancement en 2017, date à laquelle EDF a officiellement repoussé le démarrage, en novembre dernier. L'EPR démarrera-t-il un jour ? «J'en ai la conviction absolue et totale», a répondu Antoine Ménager.

Le chantier qui valait plus de 8 milliards

Concernant la cuve, sur laquelle l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé des anomalies «sérieuses» en avril, le directeur du chantier a précisé que les gros composants du type générateurs de vapeurs «ont été soudés autour de la cuve» ces derniers mois. En avril, Greenpeace avait estimé «irremplaçable» la cuve de l'EPR, mais l'Institut de sûreté nucléaire (IRSN) avait estimé le contraire le lendemain, «hormis les questions économiques».

Antoine Ménager a aussi refusé d'évoquer les défauts sur les soupapes du réacteur, qui ne sont pas encore sur le chantier, pour lesquelles l'IRSN a pointé début juin des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • spcmg71 le vendredi 19 juin 2015 à 17:47

    comme le dit dotcom, c'est un peu comme la recherche sur le cancer ou la fusion nucléaire. Ca va pas avancer vite quand on voit les enjeux financiers des industries existantes.

  • fquiroga le vendredi 19 juin 2015 à 17:37

    Ben y a ka souder les soudures....et ajouter quelques milliards de plus....

  • olive84 le vendredi 19 juin 2015 à 17:34

    un peu de silicone ou de pâte à joint, et on ne verra plus rien...

  • M6437502 le vendredi 19 juin 2015 à 17:07

    Superphenix arrêté sans autre raison que politique par les socialistes.Ecotaxe,création socialiste et arrêt par les socialistes.La technologie progresse et les diesel polluent nettement moins que l'essence pour les derniers modèles.Evidemment Ségolène mène la charge contre cette techno où les français excellent avec ses potes écolos.Et le chômage augmente.Les français sont à la rue,mais on s'occupe de tous ceux qui nous envahissent.une vrai gestion gaucho.

  • dotcom1 le vendredi 19 juin 2015 à 17:06

    Nous sommes shootés au carbone et il est normal que les solutions contre le réchauffement climatique soient plus complexes à mettre en oeuvre.

  • nono67 le vendredi 19 juin 2015 à 16:48

    on se souvient de superphenix , merci . On est champion du monde des bidules qui ne servent à rien et coutent une fortune . 2014, les portiques ecotaxe , 2015/2016 l'epr