Ntep, une saison à oublier

le
0
Ntep, une saison à oublier
Ntep, une saison à oublier

Il devait être le fer de lance de Rennes cette saison et ambiancer le Roazhon Park, avant de disputer l'Euro avec les Bleus, puis d'envisager un transfert vers un cador européen. Au lieu de ça, Paul-Georges Ntep devrait bientôt passer sur le billard, faire une croix sur sa saison et l'Euro. Dur.

" Malgré une forte envie de pratiquer ma passion, je pense que jouer avec une fissure et en étant à 50% n'est bon ni pour moi ni pour l'équipe. Donc après avoir repoussé l'opération à plusieurs reprises, le moment est venu de prendre un avis clair et net sur ce problème. Et tirer un trait sur cette saison vierge pour moi ! Mais pas pour le @staderennais je l'espère au vu de cette fin de saison excitante. " Il a fallu trois fois cent quarante signes sur Twitter pour que Paul-Georges Ntep annonce ce que beaucoup craignaient et en même temps attendaient avec une petite pointe de soulagement : sa fin de saison prématurée pour très certainement passer sur le billard et espérer revenir à plein de ses capacités physiques une fois le problème réglé. C'était craint, car cette nouvelle vient renforcer l'impression que le joyau du Stade rennais doit actuellement lutter contre un corps sacrément fragile, et une telle opération devrait l'éloigner des terrains pendant un bon moment. Mais c'est aussi un peu un soulagement de se dire que les prestations très décevantes de ces derniers mois sont bien dues à une blessure et non à une quelconque baisse d'implication. Car quiconque a vu jouer Ntep récemment a pu ressentir de la peine de le voir si perdu sur son aile gauche, tête basse, incapable de faire la différence en un contre un, de déborder, ni même d'enchaîner trois passes correctes. Pour un épicurien des terrains comme lui, dont la base du jeu repose sur la provocation, l'élimination, l'accélération, l'explosivité, sans la plénitude de ses moyens physiques, il devient impossible de faire la différence et de rendre service à son équipe.

Courbis : " Une souffrance pour lui et pour moi "


Interrogé sur le cas Ntep, son entraîneur Rolland Courbis ne pouvait que constater l'inéluctabilité de la décision prise de repasser par la case infirmerie. " Il a essayé, essayé un maximum pour éviter l'opération, mais il a fallu se rendre à l'évidence que ce n'était plus possible. Les semaines passent et il n'y a pas d'amélioration de son état, au contraire même. C'est une souffrance pour lui et pour moi aussi. Il avait espoir de retrouver la forme et de récupérer la vingt-troisième place pour l'Euro. Sa volonté était telle que la moindre des choses pour moi était de l'aider. " La voie de la sagesse…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant