Noyades : le ministère de l'Intérieur appelle «à la plus grande prudence»

le
1
Noyades : le ministère de l'Intérieur appelle «à la plus grande prudence»
Noyades : le ministère de l'Intérieur appelle «à la plus grande prudence»

Suite à la série noire des noyades depuis le début de la saison estivale, le ministère de l'Intérieur a lancé ce dimanche un nouvel appel «à la plus grande prudence et au sens des responsabilités de chacun».

Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet, 90 personnes ont péri noyées depuis le 1er juillet, dont 36 sur le littoral. Rien que ce week-end, quatorze personnes se sont noyées en mer, en rivière ou sur des plans d'eau.

Le porte-parole a ajouté que «les consignes de sécurité et notamment les interdictions de baignades doivent être strictement respectées». «La mer peut être particulièrement dangereuse. Il faut donc, comme disent les marins, ne pas la défier», a-t-il conclu.

Mise en place de dispositifs anti-noyade

L'Hérault, prisé pour ses stations balnéaires, paie un lourd tribut, avec 10 accidents mortels en un mois. Pour la seule journée du 28 juillet, sept hommes, âgés de 42 à 73 ans, avaient été emportés par une forte houle dans ce département, alors que les drapeaux rouge ou orange étaient hissés.

Face aux vacanciers qui refusent de sortir de l'eau lorsque le drapeau rouge est bien en vue, le préfet du département, Pierre Bousquet de Florian, a invité les treize maires des communes du littoral à verbaliser les imprudents par une contravention de 11 à 33 euros, en vertu de leurs pouvoirs de police.

D'autres collectivités ont choisi la technologie pour éviter les drames. L'Aquitaine a mis en place cet été un dispositif de 417 balises géolocalisées, installées tous les 500 mètres entre les plages de Soulac (nord de la Gironde) et Tarnos (sud des Landes), afin d'offrir aux secours des repères précis en cas de noyade. Mais il est encore trop tôt pour faire un bilan de ce dispositif.

Un Français sur cinq ne sait pas nager

En 2012, 497 personnes se sont noyées entre le 1er juin et le 30 septembre, selon l'Institut de veille sanitaire.

Un Français ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le lundi 5 aout 2013 à 01:22

    Laissez les gens se suicider comme ils l'entendent...et occupez vous de Toulouses, et des voyoux condamnés et libérés !!!...