Nowotny (BCE) évoque un ralentissement "massif" en zone euro

le
3

FRANCFORT, 8 décembre (Reuters) - L'euro zone traverse une phase d'affaiblissement massif de son économie, entre autres à cause du ralentissement en Allemagne, son membre le plus important, a déclaré lundi Ewald Nowotny, qui siège au Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). "Nous observons un affaiblissement massif de l'économie de la zone euro", a dit le gouverneur de la banque centrale autrichienne lors d'une conférence à Francfort. Constatant que la BCE se situait actuellement à mi-chemin entre la politique de recours massif à la planche à billets adoptée ces dernières années par la Réserve fédérale américaine et une voie moins accommodante, il a réaffirmé l'objectif d'une augmentation d'"environ 1.000 milliards d'euros" du bilan de la banque centrale. Le principal débat au sein de la BCE porte sur le recours éventuel à des achats d'actifs qui pourraient inclure des dettes souveraines d'Etats membres de la zone euro. Les avantages et les inconvénients d'une telle option feront l'objet d'un débat, a assuré Ewald Nowotny. (John O'Donnell et Paul Carrel, Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 82554976 le lundi 8 déc 2014 à 11:09

    Il ne faut plus rien faire , aucun travaux , plus d'autos ,.....Alors il faut se réjouir de ne plus avoir de croissance , c'est ce que veulent les kmers verts

  • wanda6 le lundi 8 déc 2014 à 10:35

    Il ne faut pas continuer à rêver, l'Europe est une utopie qui a vécu. Plus personne y croit. Europe qui se veut championne du dumping social en organisant la compétitivité entre ses membres à travers les salaires et les avantages sociaux, en organisant la misère plutôt que le progrès social. Pour espérer que la France et les Français reprennent en main leurs destins : l'UPR. Il faut que FRANÇOIS ASSELINEAU puisse avoir accès aux grands médias, adhérez à l'UPR upr.fr

  • ccondem1 le lundi 8 déc 2014 à 10:04

    Ils cherchent à attendre les fruits de la baisse de l'eurus. Bien joué, car ils savent que tout QE est vain sur l'économie réelle ;-)