Novo Banco reprendra les 3 mds de crédits angolais de BES

le
0

par Laura Noonan et Andrei Khalip LISBONNE, 12 août (Reuters) - Novo Banco, le nouvel établissement créé au début du mois pour reprendre les actifs sains de Banco Espirito Santo BES.LS , reprendra la ligne de crédit de trois milliards d'euros de BES ouverte à l'Angola mais celle-ci sera immédiatement provisionnée, a annoncé mardi la Banque du Portugal. "Le provisionnement intégral de ce crédit n'est qu'une mesure de précaution et non l'expression d'un doute quant à la récupération des prêts", explique la banque centrale dans un communiqué. Une structure de défaisance ("bad bank") a été créée parallèlement à Novo Banco, où sont remisés les actifs douteux de BES, la grande banque portugaise ayant été scindée en deux et recapitalisée à hauteur de 4,9 milliards d'euros par le biais d'un fonds de résolution bancaire. Reprendre l'intégralité de cette ligne de crédit tout en provisionnant la totalité de ses pertes éventuelles implique que toute somme récupérée de BES Angola sera comptabilisée comme un bénéfice pour Novo Banco. Les créanciers non prioritaires de BES, auxquels est due une somme de quelque 1,5 milliard d'euros, espéraient que les crédits angolais ne seraient pas repris par Novo Banco car s'ils étaient restés dans la "bad bank", ils avaient une plus grande chance d'être remboursés si des sommes étaient en partie recouvrées de l'Angola. La filiale angolaise ploie sous le poids de sa dette après avoir rapidement étoffé son portefeuille de prêts avant d'affronter une situation économique qui a également affecté sa clientèle. L'Etat angolais avait à l'origine garanti 70% de sa dette mais il est revenu sur ses engagements la semaine dernière. La Banque nationale de l'Angola a nommé des administrateurs provisoires pour superviser des "mesures de refonte extraordinaires" de l'établissement dont BES détient 56% du capital. La Banque du Portugal a également dit mardi que le sauvetage de BES avait été conçu de telle manière qu'aucun créancier ne subisse une perte plus importante que si la banque avait été purement et simplement liquidée. Mais certains créanciers de BES pensent au contraire qu'ils s'en seraient mieux sortis si la banque avait été liquidée et le New York Times rapportait le 8 août dernier que plusieurs d'entre eux envisageaient de contester devant les tribunaux la manière dont le sauvetage de BES avait été conçu. Nuno Libano Monteiro, associé du cabinet d'avocats PLMJ, a dit à Reuters que les textes portugais gouvernant les renflouements bancaires stipulaient qu'"aucun créancier ou établissement de crédit ne doit subir une perte plus importante que celle qu'il aurait subie si l'établissement avait été mis en liquidation". Pour la Banque du Portugal, le renflouement de BES s'est fait selon ce principe. Si Novo Banco, pour laquelle une introduction en Bourse est envisagée, est en définitive vendue plus que ce qu'a coûté le renflouement, l'excédent ira à la "bad bank". Selon des sources du marché, une vente n'interviendrait pas avant 2015 au plus tôt. (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant