Novès n'écarte personne pour l'avenir

le
0
Novès n'écarte personne pour l'avenir
Novès n'écarte personne pour l'avenir

Dans un entretien accordé à l'Agence France Presse (AFP), le nouveau sélectionneur des Bleus, Guy Novès, a énoncé ce qu'il attendait de ses joueurs lors du prochain Tournoi des VI Nations. Il a aussi déclaré qu'il ne mettait aucun joueur de côté.

Alors que le Tournoi des VI Nations débute le 6 février prochain pour la France face à l'Italie, Guy Novès a fait un premier bilan après quelques semaines passées à la tête des Bleus. Dans une interview accordée à l'AFP, le nouveau sélectionneur est revenu sur les deux premiers rassemblements des 4 et 11 janvier : « J'ai observé beaucoup de concentration, des joueurs très disponibles avec une volonté commune d'avancer et de donner le meilleur. C'est une première sensation qui j'espère va se concrétiser par la suite ».

L'ancien entraîneur de Toulouse a aussi assuré que la majorité des joueurs présents sur ces deux réunions seraient dans le groupe France face à la Squadra Azzurra. « Sur ces deux lundis, on a essayé de mettre en place 99% des joueurs qui formeront la liste des 30 pour le début du Tournoi ».

« On ne peut pas démarrer avec tout le monde »

Alors que des joueurs cadres comme Mathieu Bastareaud ne figuraient pas dans ces premières listes, Guy Novès a laissé entendre qu'il ne laissait personne de côté et qu'il pourrait : « Dans le championnat français, il y a quelques joueurs qui ont fait leurs preuves et ils ne seront absolument pas écartés, loin de là. On ne peut pas démarrer avec tout le monde. On a cette envie de débuter avec ce groupe-là mais il est évident que l'on ne s'enferme pas ».

Le chef de file du XV de France a précisé ce qu’il attendait de ses joueurs lors du prochain Tournoi des VI Nations : « A court terme, ce que j'aimerais voir, c'est un comportement. C'est le fait de donner le meilleur de la première à la dernière minute, sans presque se soucier du résultat, des points pris et marqués. C'est rentrer sur le terrain avec une seule envie : pousser sa propre machine à l'extrême durant 80 minutes ».

Un jeu plus spectaculaire ?

Sur un plan plus technique, le sélectionneur est entré dans les détails de ce qui allait être mis en place. « J'ai dit simplement que la dernière Coupe du Monde a montré que les équipes qui avaient été efficaces avaient aussi été spectaculaires. Elles avaient donné une image du rugby mondial très positive. Notre ambition, c'est de nous rendre compte que l'avenir du rugby passe par là ».

Enfin, porter la tunique bleu doit être un honneur et permettre un surpassement de soi selon lui : « Un joueur de rugby pro prend du plaisir quotidiennement aux entraînements avec son club, vit correctement de son sport. Lorsqu'on lui confie ce maillot frappé du Coq, sa mission est de donner du plaisir à tous les supporters et partenaires ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant