Novembre, un mois qui a fait un tabac

le , mis à jour à 09:02
0
Novembre, un mois qui a fait un tabac
Novembre, un mois qui a fait un tabac

Elle répond au téléphone essoufflée. « Ah non, non, je sors du sport ! » éclate de rire Julie Villières quand on lui demande si c'est parce qu'elle a repris la cigarette. Depuis un mois — pile — qu'elle a stoppé le tabac, cette habitante de Montauban (Tarn-et-Garonne) de 36 ans que « le Parisien » - « Aujourd'hui en France » a suivie dans son pari, n'a pas touché une seule des Royale dont elle consommait pourtant un paquet par jour depuis vingt ans. « Même pas une taffe, même lorsqu'on m'en proposait en soirée », précise fièrement la maman de trois enfants. Julie achève ainsi aujourd'hui son Moi(s) sans tabac, nom de l'opération mise en place en novembre par le ministère de la Santé.

 

10 000 interactions par semaine sur la page Facebook

« L'opération a connu un succès inespéré. Près de 180 000 personnes se sont inscrites. Ce chiffre dit bien l'engouement des fumeurs pour une démarche positive fondée sur l'entraide et le collectif », s'enthousiasme Olivier Smadja, le chef du projet Moi(s) sans tabac à Santé publique France. La page Facebook a compté en quelques jours près de 70 000 fans et a enregistré plus de 10 000 interactions par semaine. Beaucoup pour une page dite institutionnelle.

 

C'est cet esprit collectif et l'absence de discours moralisateur qui ont aidé Julie à tenir. Il y a deux semaines, à mi-chemin, nous l'avions trouvée motivée mais perturbée par l'envie de fumer qui la taraudait, même la nuit. « Ça va beaucoup mieux, comme si j'avais franchi un cap. Maintenant, il faut transformer l'essai. Le défi disait que, quand on tenait un mois, on avait cinq fois plus de chances d'arrêter définitivement », note la trentenaire.

 

« Certains participants s'inquiètent pour la suite, confie Olivier Smadja. Bien sûr, l'aventure ne s'arrête pas là. La page Facebook reste ouverte et les dispositifs pérennes se mettent en place. » Les tabac-abstinents peuvent appeler le 39.89, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant