Novelli veut sortir les libéraux de la discrétion

le
0
Le président des Réformateurs réunit ses amis à Paris ce mercredi soir pour élaborer des propositions «radicales» pour 2012.

Entre les sorties tonitruantes de la Droite populaire et la longue plainte centriste, la voix libérale ne se fait plus guère entendre à droite. Invité hier du «Talk Orange-Le Figaro», Hervé Novelli promet que «la discrétion, pour les libéraux, c'est fini!». Le président des Réformateurs de l'UMP réunit ses amis à Paris, ce soir, à la brasserie du Printemps Haussmann. La date est symbolique: c'est le vingt-deuxième anniversaire de la chute du mur de Berlin, «la victoire des partisans de la liberté contre ceux de la servitude», dixit Novelli. Mais pas le triomphe du libéralisme, du moins pas en France.

L'ex-secrétaire d'État aux PME veut croire que la crise des dettes souveraines donne à sa famille politique une «opportunité extraordinaire» d'en finir avec l'étatisme. «Les libéraux ont souvent été désignés comme responsables de cette crise, et ça continue parfois, rappelle-t-il. Mais aujourd'hui, c'est de la crise des États surendettés que l'on p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant