Novartis relève encore ses prévisions annuelles

le
0
NOVARTIS REVOIT SES PRÉVISIONS À LA HAUSSE
NOVARTIS REVOIT SES PRÉVISIONS À LA HAUSSE

ZURICH (Reuters) - Novartis a relevé mardi ses prévisions de résultats annuels pour la deuxième fois en trois mois, afin de prendre en compte, entre autres, l'impact plus faible qu'auparavant de la concurrence des produits génériques pour son produit vedette, le Diovan, un traitement de l'hypertension.

Le groupe pharmaceutique suisse prévoit désormais une hausse de son chiffre d'affaires "à un chiffre entre le bas et le milieu de la fourchette à taux de change constants", précise-t-il dans un communiqué.

Son résultat opérationnel "core" devrait être conforme à celui de 2012, voire meilleur, toujours à changes constants.

"Nous avons relevé nos perspectives de performance pour 2013 de manière à refléter la forte progression des produits de croissance dans la division Pharmaceuticals (et) l'impact plus faible de la concurrence des génériques", note le groupe dans un communiqué.

"Cette diminution est due surtout à l'absence persistante de concurrence du générique de Diovan en monothérapie aux Etats-Unis", précise-t-il.

Novartis a perdu l'exclusivité sur le Diovan aux Etats-Unis l'an dernier mais les autorités américaines n'ont pour l'instant pas autorisé la version générique développée par le laboratoire Ranbaxy.

L'impact de la concurrence des génériques est désormais prévu à 2,3 milliards de dollars, soit 400 millions de moins qu'estimé en juillet. Mais Novartis souligne s'attendre à "un renversement de la situation" en 2014 sur ce front.

Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires de Novartis a progressé de 4% à 14,338 milliards de dollars alors que les analystes du consensus Reuters prévoyaient un chiffre d'affaires de 14,316 milliards de dollars.

Le bénéfice par action "core" a reculé de 4% à 1,26 dollar, soit trois cents de moins qu'attendu par le consensus.

Novartis souligne que la baisse du yen et la dépréciation des monnaies de plusieurs pays émergents a eu un impact défavorable de sept points de pourcentage sur son bénéfice d'exploitation trimestriel. Ces devises représente une part du bénéfice d'exploitation supérieure à leur poids dans le chiffre d'affaires.

Le groupe précise que les changes pourraient, si les tendances de septembre se maintiennent jusqu'à la fin de l'année, amputer le chiffre d'affaires de 2% et le bénéfice opérationnel de 6%.

Caroline Copley; Marc Angrand pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant