Novartis pourrait financer des acquisitions en sortant de Roche

le
0
    * Novartis étudie avec des banques une possible vente de sa 
part de Roche-sources 
    * La cession pas imminente-sources 
    * La participation valorisée CHF13,4 milliards 
    * Novartis pourrait ensuite se renforcer par acquisitions 
    * En Bourse, Novartis monte, Roche baisse 
 
    par Ben Hirschler et Joshua Franklin 
    LONDRES/ZURICH, 25 avril (Reuters) - Novartis  NOVN.VX  
étudie différentes options avec ses banques pour vendre sa 
participation de 13,4 milliards de francs suisses (12,2 
milliards d'euros) dans Roche  ROG.S , qui lui permettrait de 
financer d'éventuelles acquisitions, mais cette cession n'est 
pas imminente, a-t-on appris de deux sources proches du dossier. 
    Novartis a constitué sa participation dans Roche, qui lui 
assure un tiers des droits de vote, entre 2001 et 2003, lorsque 
le groupe était dirigé par Daniel Vasella, dans l'optique d'une 
fusion qui n'a jamais eu lieu.  
    Les spéculations sont récurrentes depuis le départ en 
Vasella en 2013 sur l'avenir de cette participation, qui 
représente environ 6% du capital émis de Roche.  
    Lancer un processus de vente pourrait avoir du sens pour 
l'actuel directeur général de Novartis, Joe Jimenez, qui 
pourrait ainsi redorer son blason après des résultats décevants, 
notamment dans l'ophtalmologie avec sa filiale Alcon et avec 
l'Entresto, un traitement de l'insuffisance cardiaque. 
    "Un jour ou l'autre, la participation sera vendue; Novartis 
discute avec des banques sur la manière d'y parvenir. Mais il 
n'y a rien d'imminent", a dit une source.  
    Elle a ajouté que la constitution d'un livre d'ordre avec 
des investisseurs sélectionnés serait sans doute la solution "la 
plus propre" pour céder cette participation.  
    La deuxième source a déclaré que Novartis avait manifesté un 
regain d'intérêt pour la préparation de la cession des parts de 
Roche ces dernières semaines.  
    Novartis, qui présente cette participation comme un 
investissement financier à composante stratégique, s'est refusé 
à tout commentaire, tout comme Roche.  
     
    JIMENEZ VEUT UNE PLUS-VALUE 
    Des analystes spécialisés estiment que Novartis a besoin de 
redonner de l'élan à ses activités de santé après leurs 
difficultés récentes, ce qui pourrait expliquer la réouverture 
du dossier Roche, considéré comme une possibilité de lever des 
capitaux pour financer l'acquisition de nouveaux produits.  
    "Novartis est en situation de besoin après ses revers avec 
Alcon et l'Entresto, et le sentiment des investisseurs se 
détériore un peu", explique Tim Anderson, analyste de Bernstein, 
qui juge "tout à fait possibles" des acquisitions dans les 
biotechnologies ou l'ophtalmologie.  
    Joe Jimenez a évoqué publiquement à plusieurs reprises ces 
dernières années la possibilité de vendre la participation dans 
Roche mais, dans un entretien à Reuters il y a trois ans, il 
avait expliqué vouloir en retirer une plus-value, ce qui est 
difficile lorsque l'on vend sur le marché une part importante du 
capital.  
    La solution de la constitution par les banques d'un livre 
d'ordre sur la base d'une fourchette de prix prédéfinie pourrait 
correspondre à ce souhait.  
    Le Sonntagszeitung a le premier évoqué dimanche cette 
possibilité.   
    Des analystes ont suggéré dans le passé que Roche pourrait 
lui-même racheter la participation de Novartis dans le cadre 
d'un programme de rachats d'actions, mais Roche a semblé peu 
sensible à cette hypothèse, les rachats d'actions n'ayant jamais 
été présentés comme une priorité.  
    Sur le marché suisse lundi, l'action Roche cédait 0,83% à 
249,90 francs vers 10h25 GMT alors que Novartis gagnait 0,67% à 
75 francs.  
     
 
 (Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique 
Tison) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant