Nouvelles têtes à la direction de la police judiciaire

le
1
Mireille Ballestrazzi et Bernard Petit.
Mireille Ballestrazzi et Bernard Petit.

Un limogeage et deux nominations. La police judiciaire a changé de têtes mercredi avec l'arrivée de Bernard Petit et Mireille Ballestrazzi aux postes les plus sensibles, occupés jusque-là par des fonctionnaires nommés par l'ancienne majorité. Le gouvernement a ainsi changé coup sur coup les responsables de la PJ française en charge des affaires les plus sensibles et de la lutte contre la criminalité. Acte I. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls annonce sur Europe 1, de bon matin, que Christian Flaesch, 56 ans, directeur de la PJ parisienne - le célèbre 36, quai des Orfèvres -, va quitter ses fonctions, lui reprochant une "faute déontologique".REGARDEZ l'annonce de Manuel Valls :

Acte II. Mireille Ballestrazzi, 59 ans, est nommée en conseil des ministres directrice centrale de la police judiciaire (DCPJ), donc à la tête de toute la PJ française. Acte III. Beauvau donne dans la foulée le nom du successeur de Christian Flaesch à la tête de la PJ parisienne : Bernard Petit, 58 ans, actuel numéro trois de la DCPJ. Pour la première fois, le patron du "36" n'est pas issu de ses rangs, un gage de "transversalité" selon l'Intérieur."Guerre de succession" Ces nominations étaient attendues depuis plusieurs semaines et ont donné lieu à une "guerre de succession", relèvent des sources policières, estimant qu'il "était temps de trancher". Selon ces sources, s'agissant de postes aussi sensibles, il était nécessaire d'y nommer de hauts...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mercredi 11 déc 2013 à 15:15

    faut bien placer les copains