Nouvelles retrouvailles entre François Hollande et Pascal Lamy

le
1
FRANÇOIS HOLLANDE DÉCORE PASCAL LAMY
FRANÇOIS HOLLANDE DÉCORE PASCAL LAMY

PARIS (Reuters) - François Hollande a remis vendredi à l'Elysée les insignes de commandeur de la Légion d'Honneur à Pascal Lamy, le directeur général l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui est souvent cité comme un possible renfort au gouvernement.

Ce socialiste au profil social-libéral a effectué deux mandats à la tête de l'OMC après avoir été commissaire européen au Commerce et chef de cabinet de Jacques Delors à la Commission européenne pendant huit ans.

Le père de Martine Aubry était d'ailleurs présent à la cérémonie avec d'autres figures du socialisme français comme l'ancien Premier ministre Lionel Jospin.

Si François Hollande a exclu un remaniement ministériel dans l'immédiat, des membres du gouvernement s'attendent à un changement d'équipe dans les moins qui viennent.

Pascal Lamy, 66 ans, finira son mandat à la tête de l'OMC le 31 août mais son profil libéral reste un repoussoir pour l'aile gauche du Parti socialiste avec laquelle il a parfois croisé le fer.

Il s'était livré l'année dernière à un échange verbal musclé avec Arnaud Montebourg, l'accusant d'avoir "quelques problèmes de GPS" et "pas les bons chiffres en tête".

Le ministre français du Redressement productif, pourfendeur de la mondialisation, avait de son côté jugé que le bilan du libre-échange proposé par l'OMC était un "désastre" et avait raillé "les béats admiratifs" du libre-échange.

Pascal Lamy n'a pour l'heure guère encouragé la rumeur qui le donne entrant dans un prochain gouvernement et, interrogé sur cette hypothèse il y a quelques mois, avait invoqué l'échec politique du gouvernement de Mario Monti en Italie.

Comme lui ancien commissaire européen, l'ex-président du Conseil italien Mario Monti a mené un gouvernement de techniciens en 2011 avant de subir une rude défaite lors des élections législatives anticipées des 25 et 26 février.

Les fréquents entretiens entre Pascal Lamy, François Hollande ou Jean-Marc Ayrault rallument régulièrement les spéculations sur sa possible entrée au gouvernement.

Julien Ponthus et Benoît Tessier, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki le vendredi 31 mai 2013 à 17:45

    Un traître à la nation, commandeur de la Légion ! On aura tout vu !