Nouvelles règles pour les garanties de prêts de la BCE

le
0
LA BCE DÉFINIT DE NOUVELLES RÈGLES POUR LES GARANTIES DE PRÊTS
LA BCE DÉFINIT DE NOUVELLES RÈGLES POUR LES GARANTIES DE PRÊTS

FRANCFORT (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) a présenté jeudi de nouvelles règles assouplies relatives aux actifs acceptés en nantissement des prêts accordés aux banques dans certains pays de la zone euro.

Ces ajustements qui restent à préciser font partie des changements annoncés par la BCE en novembre dernier pour aider à résoudre la crise de la dette dans la zone euro.

Sept des 17 banques centrales de la zone euro -France, Autriche, Irlande, Espagne, Italie, Chypre, Portugal- ont présenté des projets visant à élargir la liste des garanties qu'elles acceptent de la part des banques commerciales de leurs pays.

Les détails de ces mesures spécifiques applicables au niveau national seront publiés sur les sites internet des banques centrales des pays concernés, précise la Banque du France dans un communiqué.

"Oui, nous prenons plus de risques, mais est-ce que cela veut dire que ces risques ne seront pas gérés? Non", a déclaré le président de la BCE Mario Draghi lors de la conférence de presse qui a suivi la décision de politique monétaire de la BCE.

"Nous ne savons pas qui va bénéficier de cela", a-t-il ajouté. "Cela a plus avoir avec la taille de la banque et avec la façon dont fonctionne le marché interbancaire dans chaque pays. Dans certains pays, il n'y a pas de marché interbancaire qui fonctionne."

L'Italie par exemple a souligné qu'elle travaillait toujours sur ses projets mais que l'un des critères d'acceptation des nouveaux prêts serait que la probabilité de défaut sur ces prêts devait être inférieure à 1%.

Les banques espèrent que ces changements entreront en vigueur avant la deuxième opération massive de prêt à trois ans que la BCE doit organiser le 29 février. Lors de cette deuxième méga-opération -la première a eu lieu en décembre- les banques devraient emprunter à nouveau autour de 500 millions d'euros, a laissé entendre Mario Draghi.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant