Nouvelles règles de grammaire : le pour et le contre

le , mis à jour à 07:42
0
Nouvelles règles de grammaire : le pour et le contre
Nouvelles règles de grammaire : le pour et le contre

POUR : « De nouveaux outils pour mieux maîtriser la langue » 

 

Michel Lussault, 57 ans, est géographe, professeur à l'Ecole normale supérieure de Lyon. Il a été nommé président du CSP en 2014.

 

Les nouveaux programmes que vous avez chapeautés ont introduit une nouvelle notion de grammaire, le prédicat. Pourquoi ?

MICHEL LUSSAULT. Parce que depuis 1996, il a été décidé que la grammaire à l'école ne sert pas à étiqueter des morceaux de phrases mais à comprendre la langue. Or, les notions anciennes de groupe verbal ou de complément d'objet ne font pas l'unanimité chez les linguistes. Le terme de complément est très vague, il existe des compléments de tout... La notion de prédicat est plus claire, et elle est enseignée depuis très longtemps en sciences du langage.

 

Le niveau des écoliers ne cesse de baisser en français. Etait-il bien utile de leur rajouter une difficulté ?

C'est bien parce qu'il existe ces difficultés qu'il faut raffermir la grammaire et doter les enfants de nouveaux outils pour mieux maîtriser la langue. On continue d'apprendre les accords en genre et en nombre du sujet et du verbe, le prédicat s'ajoute, ce n'est pas un nivellement par le bas. Ceux qui nous font un procès là-dessus sont des démagogues. Ce rajout va au contraire dans le sens de l'exigence.

 

Pourtant, selon les nouvelles consignes, un enfant ne devrait pas être sanctionné quand il se trompe au pluriel et écrit « les petitent fleurs »...

J'assume mon côté gauchiste, je déteste ce terme de sanction. Il faut corriger, oui bien sûr, mais surtout interroger l'élève. La grammaire n'est pas négociable, certes, mais elle est explicable. C'est un outil, pas un fétiche devant lequel il faudrait se prosterner.

 

Comprenez-vous que des parents et certains profs soient désarçonnés ?

La formation des enseignants est peut-être insuffisante. Cette année, tous les programmes ont changé en même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant