Nouvelles manifestations de Front de gauche ce weekend dans toute la France

le
0
Nouvelles manifestations de Front de gauche ce weekend dans toute la France
Nouvelles manifestations de Front de gauche ce weekend dans toute la France

Galvanisé par le succès de sa manifestation du 5 mai qui a rassemblé entre 30 000 (selon la police) et 180 000 (selon les organisateurs) à la Bastille, le Front de Gauche est décidé à remettre le couvert au mois de juin. Le week-end des 1er et 2 juin, une cinquantaine de «marches citoyennes» et de rassemblements sont prévus dans toute la France, y compris en outre-mer. L'un des leaders du mouvement, Jean-Luc Mélenchon, y participera, samedi à Toulouse (Haute-Garonne) et dimanche à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Ces marches auront lieu à Toulouse, Nîmes, Carcassonne, Mende, Perpignan, Bordeaux, Carmaux, Amiens, Boulogne-sur-Mer, Caen, Grenoble, Lyon, Nice, Saint-Etienne, Roanne, Marseille, Annecy, Manosque, Aubenas, Bollène, Aix-les-Bains, Strasbourg, Dole, Châlons-en-Champagne, Metz, Thionville, Nevers, Epinal, Nantes, Rochefort, Poitiers, Angoulême, Lorient, Lannion, Angers, Le Mans, Tulle, Aurillac, Chartres, Tours, Clermont-Ferrand, Monluçon, Bourges, Pointe-à-Pitre, Trois Rivières, Les Lilas, Clichy, Magny-les-Hameaux, Argenteuil, Cergy, Saint-Quentin-en-Yvelines et Gennevilliers.

Appel à fonder une VIème république

«Ce week-end va confirmer l'énergie citoyenne et militante révélée par la marche du 5 mai», se targue le Front de Gauche dans un communiqué publié ce jeudi. Le mouvement, qui réunit les partis de la gauche de la gauche, dont le Parti de Gauche (PG), le Parti communiste (PCF) et le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), appellera à nouveau à fonder une VIème république, à lutter contre le monde de la «finance» et à décrier la politique d' «austérité» du gouvernement. Un leitmotiv emprunté à la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon en 2012 et déjà réutilisé lors du rassemblement du 5 mai. Dans les colonnes du «Parisien», il expliquait ce jour-là que François Hollande était à ses yeux «l'une des causes de la crise» et qu'il contribuait «à la contraction de...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant