Nouvelles manifestations au Burundi, un militant arrêté

le
0

(Actualisé avec précisions, arrestation d'un militant des droits de l'homme) BUJUMBURA, 27 avril (Reuters) - Les manifestations se sont poursuivies lundi pour la deuxième journée consécutive dans la capitale du Burundi après la décision du président de se présenter pour un troisième mandat, décision que ses opposants estiment être comme une violation de la constitution. La police a utilisé les gaz lacrymogènes et les canons à eau pour disperser les manifestants. "Le combat continue", criaient les manifestants, qui étaient aux environ de 200, dans le quartier de Musaga de la capitale. Des rassemblements se sont tenus dans d'autres quartiers de Bujumbura. Des pneus ont été incendiés. Le militant des droits de l'homme Pierre Claver Mbonimpa a été molesté et interpellé par la police après sa participation à une émission de radio, a constaté un journaliste de Reuters. Les locaux de la radio concernée, la Radio Broadcasters' Association, ont été ensuite perquisitionnés et fermés. Selon les militants des droits de l'homme, cinq personnes au moins ont trouvé la mort dimanche, au lendemain de la décision du président Pierre Nkurunziza de se présenter à l'élection du 26 juin. La police n'a pas donné de décompte des victimes. Selon ses détracteurs, le président Nkurunziza viole la constitution et les accords de paix d'Arusha qui ont mis fin à la guerre civile au Burundi, deux textes limitant la présidence à deux mandats de cinq ans. Le chef de l'Etat dit que son premier mandat ne compte pas parce qu'il a été désigné par le Parlement et non pas au suffrage universel direct par la population. Quelques heures avant son arrestation, Pierre Claver Mbonimpa avait indiqué qu'au moins cinq personnes avaient été tuées à Bujumbura dimanche. Trois avaient trouvé la mort dans des manifestations et deux lors d'une attaque menée par la section des jeunes du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie/Forces de défense de la démocratie (CNDD-FDD). De précédentes informations évoquaient deux personnes tuées. (Patrick Nduwimana; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant