Nouvelles intempéries dans le Sud-Ouest, la Provence sous surveillance

le
0
Nouvelles intempéries dans le Sud-Ouest, la Provence sous surveillance
Nouvelles intempéries dans le Sud-Ouest, la Provence sous surveillance

Nouvelles pluies, inondations, risque de vague-submersion. Le Sud-Ouest de la France continue de subir les caprices de la météo, et cela va durer ces prochains jours. Dans son dernier bulletin ce mercredi, Météo France annonce toutefois que le littoral aquitain (départements de la Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques) n'est plus qu'en vigilance jaune au risque de vague-submersion.

Les vagues «restent fortes», même si «les vagues s'amortissent progressivement en cours de journée ce mercredi». Météo France appelle quand même à une «vigilance toute particulière», alors que, début janvier, une femme est morte après avoir été emportée par une vague à Biarritz.

Météo France maintient par ailleurs trois départements en vigilance orange en raison des crues. Il s'agit des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et du Tarn-et-Garonne. Le Lot-et-Garonne n'est plus concerné. Vigicrues, l'organisme de surveillance des cours d'eau, surveille en particulier l'Adour, la Midouze, le Touch, la Save, l'Arrats et la Gimone. La situation s'améliore en revanche pour les Gaves et la Garonne marmandaise. Le quotidien «Sud Ouest» rapporte que la mairie de Bordeaux (Gironde) appelle les riverains de la Garonne à la prudence. Les inondations continuent de plus à perturber la circulation dans la région avec plusieurs routes coupées.

En Provence, Vigicrues signale que l'Huveaune et le Gapeau pourraient «atteindre le niveau des premiers débordements» en raison des pluies prévues ce mercredi et ce jeudi.

«Le risque d'inondations augmente»

«Sur l'Adour et la Midouze, une importante crue se propage lentement. Les coefficients de marée en hausse et les surcotes prévues entraîneront des débordements dans les secteurs sous influence maritime», explique Vigicrues. «Les très fortes pluies de ces derniers jours (ont) engendré une crue généralisée sur l'ensemble du bassin. Les sols restent saturés et les affluents des cours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant