Nouvelles frappes américaines en Syrie et en Irak

le
0
Nouvelles frappes américaines en Syrie et en Irak
Nouvelles frappes américaines en Syrie et en Irak

Les Etats-Unis ont mené cinq nouvelles frappes en Irak et en Syrie ce mercredi. Le commandement américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (Centcom) a précisé que deux raids aériens ont été menés ces dernières heures à l'ouest de Bagdad, deux au sud-est d'Erbil et un cinquième au nord-ouest de la Syrie.

Plusieurs véhicules de l'Etat islamique (EI), des positions de combat et une cache d'armes ont notamment été détruits alors que tous les appareils américains ont pu regagner leurs bases sans dommages.

Ces raids interviennent près de 24 heures après les premières frappes menées par Washington et ses alliés arabes contre l'organisation jihadiste sur le sol syrien. Celles-ci ont eu «un impact important», a noté Susan Rice. «Clairement, ce n'était que le début, une première vague et nous sommes très satisfaits de notre succès», a-t-elle dit lors d'une interview à la chaîne NBC.

Bombardier furtif et munitions guidées par GPS

Les responsables militaires américains ont indiqué qu'un chasseur bombardier furtif F-22 «Raptor», le plus sophistiqué de l'arsenal aérien des Etats-Unis, avait été utilisé pour la première fois au combat lors des frappes contre l'EI. Grâce à sa très faible signature radar, le F-22 peut attaquer sans être repéré et il a largué mardi des munitions guidées par GPS.

L'EI, qui sème la terreur dans les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie, a lancé il y a une semaine une offensive dans les environs d'Aïn al-Arab. L'éventuelle prise de cette ville kurde lui assurerait une continuité territoriale sur une large portion de la frontière entre la Turquie et la Syrie. Cette offensive a poussé plus de 130.000 civils kurdes à fuir en Turquie.

Une branche d'Al-Qaïda était aussi visée

Le Pentagone a apporté des précisions sur les frappes de missiles Tomahawk contre le groupe Khorassan, mardi, dans le nord-ouest de la Syrie. Le général William Mayville, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant