Nouvelles frappes aériennes turques contre le PKK en Irak

le
0

par Humeyra Pamuk ISTANBUL, 29 juillet (Reuters) - Les chasseurs turcs ont mené dans la nuit de mardi à mercredi leurs frappes les plus importantes contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak depuis le début des frappes aériennes vendredi dernier, a annoncé un responsable du gouvernement turc. Les F-16, qui ont décollé de la base aérienne de Diyarbakir, située dans le sud-est de la Turquie, ont frappé six objectifs en Irak, a déclaré ce responsable sous le sceau de l'anonymat. "L'attaque de la nuit dernière était la plus importante depuis le début de la campagne la semaine dernière", a-t-il dit. Mardi, les F-16 turcs ont mené des frappes contre des positions du PKK dans le sud-est de la Turquie, dans la province de Sirnak qui jouxte la frontière irakienne, en représailles à une attaque contre une patrouille de la gendarmerie. La Turquie a commencé à bombarder les camps du PKK dans le nord de l'Irak vendredi dernier. Les autorités ont présenté ces frappes comme une réponse à une série de meurtres de policiers attribués au PKK. Le PKK a déclaré que le processus de paix n'avait plus aucun sens après les frappes aériennes, entamées pratiquement en même temps que celles lancées contre l'Etat islamique en Syrie, mais il n'a pas annoncé officiellement son retrait des discussions. Mardi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé impossible de poursuivre le processus de paix avec les séparatistes kurdes et appelé le Parlement à lever l'immunité des politiques liés au PKK. ID:nL5N10825H Le Parlement turc doit discuter dans la journée à huis clos des opérations militaires en Irak et en Syrie, ainsi que de l'appel d'Erdogan à la levée de l'immunité. Les négociations de paix avec le PKK ont été entamées fin 2012 dans le but de mettre fin à l'insurrection de ce groupe, cantonnée pour l'essentiel au Sud-Est turc à majorité kurde. L'insurrection a fait près de 40.000 morts depuis 1984. Un cessez-le-feu fragile est observé depuis mars 2013. Les pays occidentaux alliés de la Turquie lui reconnaissent le droit de se défendre mais ont demandé à Ankara de faire en sorte de ne pas faire s'effondrer les négociations de paix avec le PKK. Tout en considérant le PKK comme une organisation terroriste, les Etats-Unis s'appuient très fortement, dans leur lutte contre l'Etat islamique, sur les combattants kurdes des YPG (Unités de protection du peuple), branche militaire du Parti de l'union démocratique (PYD), qui combattent l'organisation djihadiste en Syrie. (Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant