Nouvelles économies pour SocGen après un 1er trimestre en baisse

le
0
CHUTE DE 50% DU BÉNÉFICE NET DE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE AU 1ER TRIMESTRE
CHUTE DE 50% DU BÉNÉFICE NET DE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE AU 1ER TRIMESTRE

par Matthias Blamont et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - Société générale a dévoilé mardi un nouveau plan d'économies pour doper sa rentabilité d'ici à 2015, une annonce saluée par les investisseurs à l'issue d'un premier trimestre marqué par une chute de 50% du bénéfice net.

La banque française veut dégager 900 millions d'euros d'économies supplémentaires pour porter à 1,45 milliard d'euros ses réductions de coûts au cours de la période 2012-2015, ce qui devrait lui permettre d'afficher une rentabilité des capitaux propres (ROE) de 10% dans deux ans.

Après avoir annoncé en février son recentrage autour de trois grands pôles, le groupe se repique au jeu des objectifs. En 2010, la Société générale avait déclaré vouloir dégager six milliards d'euros de résultat en 2012. La crise de la dette dans la zone euro a envoyé cette ambition au tapis.

La banque précise que son ROE "hors éléments non économiques, non récurrents, et hors actifs gérés en extinction" atteignait 7,4% au 31 mars. En tenant compte de tous ces éléments, ce taux s'élevait à 2,7%.

A 11h55, l'action Société générale s'offre 4,9% à 29,93 euros à la Bourse de Paris. Au même moment, l'indice sectoriel européen gagne 1,5%, également porté par les publications trimestrielles de Crédit agricole S.A., Commerzbank et HSBC. , et

"Les chiffres de SocGen sont bons. Pas seulement les résultats, ceux du plan d'économies aussi", souligne Andrew Lim, analyste chez Espirito Santo.

"Ce qui est impressionnant, c'est la capacité du groupe à pouvoir ajuster les coûts. Le montant annoncé est assez important", estime de son côté Yohan Salleron, gérant chez Mandarine Gestion.

550 POSTES EN MOINS EN FRANCE

La moitié des réductions de coûts attendues devrait provenir des activités de banque de détail en France et à l'international et une autre de la banque de financement et d'investissement ainsi que du siège.

Dans un communiqué, la Société générale fait valoir que son nouveau programme "s'accompagnera d'environ 600 millions d'euros de coûts de transformation et d'investissements" et qu'il "n'aura pas d'effet sur l'activité".

Le directeur financier Philippe Heim a toutefois indiqué au cours d'une conférence téléphonique que le groupe se préparait à supprimer 620 postes en France (550 en tenant compte des créations de postes liées à cette réorganisation sans départs contraints), confirmant une information de Reuters début avril.

Pénalisée par des taux bas et une conjoncture économique déprimée en Europe, la Société générale voit son produit net bancaire reculer de 19,4% à 5,09 milliards d'euros sur les trois premiers mois de 2013, tandis que le résultat net comptable plonge de 50,3% à 364 millions.

Les analystes du consensus Thomson Reuters I/B/E/S prévoyaient en moyenne un produit net bancaire de 5,25 milliards d'euros et un résultat net de 674,6 millions.

Le résultat net de la BFI signe toutefois une accélération de 40,7% pour des revenus en hausse de 2%, une performance mise en avant par les analystes alors que BNP Paribas a fait état vendredi de trimestriels en recul, notamment du fait d'une forte baisse des revenus dans cette activité.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant