Nouvelles arrestations de journalistes en Turquie

le
0
    ISTANBUL, 7 septembre (Reuters) - Les autorités turques ont 
procédé aux arrestations de trois nouveaux journalistes, d'un 
homme politique et du responsable d'un institut de sondage dans 
le cadre de la répression menée depuis le coup d'Etat manqué du 
15 juillet. 
    La justice turque a par ailleurs délivré 105 nouveaux 
mandats d'arrêts visant des personnes vivant dans 17 régions du 
pays et soupçonnées d'entretenir des liens avec le prédicateur 
Fethullah Gülen, vivant en exil en Pennsylvanie. 
    Trois journalistes travaillant pour le quotidien 
nationaliste Yenicag ont d'abord été assignés à résidence avant 
d'être transférés dans un complexe sportif à Ankara, précise 
l'organe de presse sur son site. 
    Un ancien député du Parti d'action nationaliste (MHP), Turan 
Yaldir, a été interpellé pour les mêmes raisons, ajoute le site 
de Yenicag. 
    "Les nationalistes n'oublieront pas ceux qui font cela 
simplement pour marginaliser les opposants politiques", écrit 
Meral Aksener, membre influent du MHP, sur son compte Twitter. 
    Ozer Sencar, qui dirige l'institut de sondage Metropoll, a 
également été arrêté, selon un message sur son compte Twitter. 
    Le ministère turc de la Défense a annoncé que 73 membres de 
l'armée de l'air avaient été limogés en raison de leurs liens 
supposés avec Gülen. 
    Au total, plusieurs milliers de soldats et plus de 100.000 
personnes, fonctionnaires, administrateurs, enseignants, 
militaires et journalistes ont perdu leur emploi pour 
appartenance présumée au mouvement du prédicateur qui vit aux 
Etats-Unis depuis 1999. 
      
 
 (Ayla Jean Yackley et Humeyra Pamuk; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant