Nouvelles accusations de viols visant la Minusca en RCA

le
0

NATIONS UNIES, 19 août (Reuters) - La mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) fait à nouveau l'objet d'accusations de viols y compris sur une mineure, a annoncé un porte-parole de l'Onu, mercredi. Le chef de la Minusca, Babacar Gaye, avait été limogé la semaine dernière après une série d'allégations concernant des abus sexuels et le recours à une force excessive de la part des casques bleus engagés dans cette mission en RCA. Il avait été remplacé par Parfait Onanga-Anyanga chargé d'assurer l'intérim. "Une nouvelle série d'accusations troublantes sur de mauvais comportements se sont fait jour", a déclaré Vannina Maestracci, porte-parole de l'Onu, devant la presse. "Les événements présumés se seraient déroulés au cours des dernières semaines", a-t-elle ajouté. "Ces nouvelles allégations concernent un rapport sur le viol de trois jeunes femmes par trois membres du contingent militaire de la Minusca", a-t-elle poursuivi. L'incident s'est produit à Bambari où les troupes de maintien de la paix en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) ont été déployées et l'une des victimes était une mineure. Les familles des trois victimes ont signalé les faits au service de protection des droits de l'homme de la Minusca, a ajouté Vannina Maestracci. Des sources onusiennes, ayant requis l'anonymat, ont confirmé à Reuters que les accusations visaient des soldats de la RDC. Les Nations unies et les autorités congolaises ont été informées des faits le 17 août. "Le pays qui a fourni les troupes a fait l'objet d'une demande pour indiquer dans un délai de 10 jours s'il entendait ouvrir lui-même une enquête sur ces allégations", a poursuivi la porte-parole. "Si un Etat membre refuse d'enquêter ou s'il ne répond pas, les Nations unies mèneront elles-mêmes rapidement une enquête". La Minusca a reçu l'ordre de conserver tous les éléments de preuve à sa disposition dans cette affaire. Depuis son installation en avril 2014, la Minusca a reçu 61 accusations de mauvais comportements présumés dont 13 cas d'abus ou d'exploitation sexuels. (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant