Nouvelle-Zélande : Lomu, une fondation pour aider ses enfants

le
0
Nouvelle-Zélande : Lomu, une fondation pour aider ses enfants
Nouvelle-Zélande : Lomu, une fondation pour aider ses enfants

Une Fondation Jonah Lomu a été créée en Nouvelle-Zélande pour récolter des fonds afin de venir en aide à sa famille, notamment ses deux Brayley (5 ans) et Dhyreille (6 ans). L'ancienne star des All Blacks, décédée le mois dernier, ne disposait pas d'un patrimoine suffisant pour que sa famille puisse se reposer dessus dans les prochaines années.

Vedette planétaire du rugby néo-zélandais et du rugby mondial, Jonah Lomu n’a pas pour autant connu un destin à la Richie McCaw ou à la Dan Carter d’un point de vue financier. Rapidement retiré des terrains en raison de sa maladie et contraint d’engager beaucoup d’argent pour soigner ses problèmes rénaux, l’ancien ailier vedette des Blacks n’a pas pu se constituer un patrimoine suffisant pour que ses enfants en disposent pour de longues années après sa mort. C’est ce qui ressort de l’analyse de son patrimoine, un mois après sa mort à l’âge de 40 ans, selon Rob Nichol, dirigeant de l'Association des joueurs de rugby néo-zélandais.

En conséquence, des amis de Lomu ainsi que différents hommes d’affaires ont décidé de créer une Fondation Jonah Lomu afin de venir en aide à ses enfants. « L'inventaire de son patrimoine n'est pas terminé, mais nous en savons suffisamment pour voir que sa famille ne pourra compter sur cet héritage », a expliqué Rob Nichol à la radio Newstalk ZB. Généreux et soucieux du bien-être des autres, Lomu aurait en effet beaucoup donné. « Il avait ce sens de l'honneur qui faisait qu'il voulait donner l'impression de pouvoir aider tout le monde, sa famille, ses voisins, tous ceux qui venaient frapper à sa porte. Il s'est du coup imposé des engagements, notamment financiers, pour aider les autres, qui sont clairement au détriment de sa famille. »

Pour sa part, Josh Kronfeld, ancien All Black au côté de Lomu, insiste sur le fait que son ancien coéquipier n’a pas profité autant que ça des revenus du professionnalisme dans le rugby. Contrairement aux stars d’aujourd’hui : « Les gens voient ce que touchent Richie McCaw et Dan Carter en jouant pour les All Blacks et pensent que Jonah a gagné la même chose mais ce n'est pas vrai », a souligné l’ancien troisième ligne néo-zélandais dans les colonnes du New Zealand Herald.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant