Nouvelle-Zélande : Les Blacks peuvent-ils régner loin de chez eux ?

le
0
Nouvelle-Zélande : Les Blacks peuvent-ils régner loin de chez eux ?
Nouvelle-Zélande : Les Blacks peuvent-ils régner loin de chez eux ?

Sacré deux fois rois du monde à domicile en 1987 et 2011, les Néo-Zélandais veulent s'imposer pour la première fois loin du pays. S'ils sont de nouveau sacrés en Angleterre, les Blacks seraient les premiers à conserver leur bien.

 


PARCOURS EN COUPE DU MONDE
1987Vainqueur
1991 : 3eme
1995 : finaliste
1999 : 4eme
2003 : 3eme
2007 : quarts de finale
2011Vainqueur

CALENDRIER
20/09 (à 17h45 - Wembley) : NZ - Argentine
24/09 (à 21h - Stade Olympique) : NZ - Namibie
02/10 (à 21h - Cardiff) : NZ - Géorgie
09/10 (à 21h - Newcastle) : NZ - Tonga               

 

 

Capitale : Wellington
Superficie : 268 680 km²
Population : 4 470 800
Hymne : God defand New Zealand (écoutez ici)

Fédération créée en 1892
Classement WorldRugby (07/09/15) : 1er
Nombre de licenciés
: 148 483
Nombre de clubs : 603
Emblème : la fougère argentée
Surnom : les All Blacks, les Kiwis
Site internet : www.allblacks.com
Twitter : @AllBlacks
Couleur : noir

Les premiers à conserver leur titre ?

Être favori n’offre pas forcément la garantie de remporter la compétition, mais on voit mal, à l’heure actuelle, qui pourrait priver la Nouvelle-Zélande d’un troisième titre de champion du monde. Enfin si, une chose : l’excès de confiance ! Sur le papier, cette équipe impressionne tout le monde et elle le prouve dans les faits. 42 victoires en 47 matchs depuis la dernière Coupe du monde il y a quatre ans, une domination sans partage sur la planète rugby et des joueurs de classe mondiale à chaque poste, il faudra donc un adversaire dans un grand jour pour les faire trébucher. Les Blacks vont d’abord vivre un premier tour tranquille puis, les choses se corseront sérieusement avec possiblement un gros morceau comme adversaire (France ou Irlande). Un changement brutal de niveau qui pourrait les cueillir à froid, même si l’expérience de cette équipe et la confiance qu’elle dégage effraient autant que son haka. On les voit donc forcément aller loin… au bout ? Ça c’est une autre histoire !

Le joueur à suivre : Julian SAVEA

Certains le comparent déjà à Jonah Lomu, d’autres, comme Steve Hansen, le coach des Blacks, pensent même qu’il est bien plus fort. « Il est probablement meilleur que Jonah Lomu. Il peut faire plus de choses que lui. Jonah était un grand joueur, mais je pense que Julian a une plus grande palette dans son jeu pour être honnête. » Nul besoin pourtant d’attendre les compliments de son sélectionneur pour comprendre le phénomène. Il affole les chiffres, fait trembler les adversaires. Savea est une merveille, un diamant brut que le staff néo-zélandais polit jour après jour. La machine médiatique s’emballe et le natif de Wellington devient rapidement une star. Julian Savea impressionne. Toujours aussi puissant, vif et redoutable dans la finition, le jeune homme est désormais excellent en défense. Plus intelligent dans son placement, plus réactif, il fait parler sa puissance. Pour rentrer définitivement dans l’histoire du rugby néo-zélandais, il lui manque un titre de champion du monde. Ça tombe bien, la Nouvelle-Zélande est favorite à sa propre succession. Et à voir le potentiel de Julian Savea, on peut difficilement penser le contraire.

Le sélectionneur : Steve HANSEN

Steve Hansen, c’est le sélectionneur des All  Blacks-type. Entraîneur-adjoint de la Nouvelle-Zélande, il succède à son mentor Graham Henry en 2011. Son parcours ? Identique à celui de son prédécesseur. Henry est passé par le Super 15 avec Auckland, Hansen avec Canterbury et Crusaders. Henry a été le sélectionneur du pays de Galles avant d’être remplacé par Hansen. Puis leur chemin s’est croisé pour la première fois en 2004, chez les All Blacks. Steve Hansen n’est donc qu’un héritier. Mis en place pour continuer à faire évoluer le rugby néo-zélandais, pas pour le révolutionner. Avec Hansen, les All Blacks ont remporté trois Four Nations consécutifs, en 2012, 2013 et 2014. 

LES 31 NEO-ZELANDAIS
Avants (17) : Wyatt Crockett (Canterbury), Charlie Faumuina (Auckland), Ben Franks (Hawke's Bay), Owen Franks (Canterbury), Tony Woodcock (North Harbour), Dane Coles (Wellington), Keven Mealamu (Auckland), Codie Taylor (Canterbury), Brodie Retallick (Bay of Plenty), Luke Romano (Canterbury), Samuel Whitelock (Canterbury), Sam Cane (Bay of Plenty), Jerome Kaino (Auckland), Richie McCaw (Canterbury), Liam Messam (Waikato), Kieran Read (Canterbury), Victor Vito (Wellington)

Arrières (14) : Tawera Kerr–Barlow (Waikato), TJ Perenara (Wellington), Aaron Smith (Manawatu), Beauden Barrett (Taranaki), Daniel Carter (Canterbury), Colin Slade (Canterbury), Malakai Fekitoa (Auckland), Ma'a Nonu (Wellington), Conrad Smith (Wellington), Sonny Bill Williams (Counties Manukau), Nehe Milner-Skudder (Manawatu), Waisake Naholo (Taranaki), Julian Savea (Wellington), Ben Smith (Otago)

Avec la collaboration du magazine OVALE

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant