Nouvelle vidéo de l'otage Serge Lazarevic : sa fille plutôt «rassurée»

le
0
Nouvelle vidéo de l'otage Serge Lazarevic : sa fille plutôt «rassurée»
Nouvelle vidéo de l'otage Serge Lazarevic : sa fille plutôt «rassurée»

L'otage français, Serge Lazarevic, enlevé en novembre 2011 au Mali, est apparu dans une vidéo diffusée mardi par une chaîne de télévision Alaan, basée à Dubaï, dans laquelle il appelle le président François Hollande à agir pour sa libération. Flanqué de deux hommes en armes, l'otage, barbe fournie et portant un turban noir, a indiqué dans cette vidéo s'exprimer le 13 mai 2014. Sa fille, Diane, s'est dite «rassurée» par la vidéo montrant son père «plutôt en bonne santé».

«J'étais très surprise. Cela fait maintenant plus de deux ans que je n'ai pas vu mon père (...). J'étais très stressée avant de voir la vidéo et puis j'ai vu la vidéo et je vois que mon père est plutôt en bonne santé et bien portant, donc c'est rassurant», a déclaré Diane Lazarevic sur RTL.

«Mon père a toujours été costaud et a été toujours un roc. Je suis surprise parce que les conditions de détention sont sûrement très difficiles, je m'attendais à trouver quelqu'un de très amaigri et de très fatigué». «De le voir dans cet état-là, c'est plutôt positif», ajoute la jeune femme, même si elle rappelle que sur la vidéo «il y a quand même des gens cagoulés derrière avec des kalachnikov». «Sur la vidéo, je vois qu'il se force à parler et lit un texte», précise-t-elle. «Tout ce qui m'importe, c'est que mon père soit libéré», a-t-elle déclaré sur BFMTV.

VIDEO. L'otage Serge Lazarevic en appelle à François Hollande ( à partir de 1')

Diane Lazarevic : «Tout ce qui m'importe, c'est que mon père soit libéré»

Fabius : «Nous travaillons avec beaucoup de discrétion»

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré pour sa part sur la télévision Public Sénat que la France poursuivait ses efforts pour retrouver Serge Lazarevic. «Ce que je peux vous dire dans un domaine où il faut être très très discret, c'est que nous continuons de travailler très étroitement pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant