Nouvelle surenchère sur Club Med emmenée par le chinois Fosun

le
0
NOUVELLE SURENCHÈRE SUR CLUB MED EMMENÉE PAR LE CHINOIS FOSUN
NOUVELLE SURENCHÈRE SUR CLUB MED EMMENÉE PAR LE CHINOIS FOSUN

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le Club Méditerranée a fait l'objet d'une nouvelle surenchère vendredi emmenée par le conglomérat chinois Fosun et soutenue par le management du groupe de loisirs, valorisant ce dernier à 839 millions d'euros.

Cette offre, lancée au prix de 22 euros par actions et 23,23 euros par océane (obligations convertibles en actions), vient contrer celle de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi qui se propose de racheter le Club au prix de 21 euros pour une valorisation de 790 millions d'euros.

Par rapport à l'offre de Bonomi, elle offre une prime de 4,8% pour les actions et de 3,7% pour les océanes.

Cette dernière surenchère est portée par un véhicule d'investissement baptisé Gaillon II, majoritairement détenu par Fosun (85,1%), aux côtés d'un tour opérateur chinois U-Tour (7,5%), du fonds français Ardian (5%) et du management de l'entreprise (2,5%). Fidelidade, une compagnie d'assurances portugaise contrôlée par Fosun, est également associée à l'offre.

Le conglomérat chinois revient ainsi dans la bataille après avoir été mis en échec une première fois.

Principal actionnaire du Club Med, avec près de 10% de son capital, il s'était associé à Ardian pour lancer une offre à 17,50 euros en mai 2013, perturbée par de multiples recours d'actionnaires minoritaires. Il avait finalement été contraint de la retirer après celle, nettement plus généreuse, proposée fin juin par Andrea Bonomi.

Les initiateurs de cette nouvelle proposition précisent vouloir renforcer la stratégie actuelle du Club, centrée sur une montée en gamme de ses villages et un développement accéléré en Chine, où il compte déjà trois villages.

INVESTISSEMENTS

Ils indiquent vouloir réaliser 50 millions d'euros d'investissements complémentaires sur la période 2015-2016, principalement consacrés à l'extension des villages haut de gamme 4 tridents.

Gaillon II envisage d'ouvrir son capital à d'autres partenaires, Fosun restant majoritaire. Il s'agirait du conglomérat brésilien Docas Investimentos, déjà actif dans le tourisme, qui pourrait prendre une participation pouvant aller jusqu'à 20%.

Le siège social du Club resterait basé à Paris, Henri Giscard d'Estaing et Michel Wolfovski seraient confirmés comme PDG et directeur général délégué.

Selon le calendrier indicatif de Gaillon, l'offre pourrait débuter à la mi-octobre pour une clôture à la fin novembre.

Le titre Club Med était suspendu en Bourse vendredi matin, sur un dernier cours de 21,27 euros, et le titre a par ailleurs fait l'objet d'un échange de bloc portant sur plus de 9% du capital au prix de 22,0 euros.

Le Club Med a lourdement souffert de la crise en Europe où il réalise encore 70% de ses ventes. Pour sortir du marasme, il a opté pour un repositionnement sur le haut de gamme et un développement dans les pays émergents, notamment en Chine où il vient d'ouvrir un troisième village.

Fosun, allié du Club depuis 2010, a pour objectif d'ouvrir cinq villages en Chine d'ici à 2015 et de faire du marché chinois le deuxième du groupe après la France (40% des ventes).

Andrea Bonomi a quant à lui dit vouloir poursuivre la stratégie actuelle du Club Med, tout en équilibrant davantage le développement entre l'Europe, l'Asie et l'Amérique latine, en remodelant l'offre moyen de gamme (trois tridents) en Europe et en révisant le modèle "all inclusive" (tout compris) pour introduire des options à la carte, plus rentables.

(Edité par Gwénaëlle Barzic)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant