Nouvelle rencontre Kerry-Lavrov en Malaisie

le
0

(Actualisé avec détails) KUALA LUMPUR, 5 août (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s'entretiennent ce mercredi en marge de la réunion de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (Asean) à Kuala Lumpur, a annoncé un haut responsable américain. Il s'agit de la deuxième rencontre en trois jours entre les deux hommes, qui se sont déjà vus lundi au Qatar en compagnie de leur homologue saoudien, Adel al Djoubeir pour évoquer notamment la question syrienne. Cette fois-ci, les chefs de la diplomatie américaine et russe discuteront "d'une série de sujets de préoccupation mutuelle", a ajouté ce même responsable du département d'Etat sans en dire davantage. La situation en Syrie est au coeur des préoccupations des diplomaties étrangères: la Russie tente notamment d'opérer un rapprochement entre le gouvernement de Damas et les puissances régionales, comme la Turquie et l'Arabie saoudite, afin de former une large alliance contre le groupe Etat islamique (EI). John Kerry a quant à lui rencontré mercredi après-midi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. (voir ID:nL5N10G222 ) Lundi, le chef du département d'Etat américain et ses homologues russe et saoudien "ont reconnu qu'il était nécessaire de trouver une solution politique au conflit (en Syrie) et que les groupes d'opposition devaient jouer un rôle important afin de parvenir à cette solution", selon un haut responsable de la diplomatie américaine. Moscou plaide pour une plus large collaboration internationale, soulignant par là que toutes les contributions sont indispensables pour combattre les djihadistes en Syrie. Selon Sergueï Lavrov, les adversaires les plus déterminés du régime de Bachar al Assad doivent joindre leurs forces à celles de Damas dans la lutte contre l'EI. Mardi, le ministre russe a rapporté que l'entretien de la veille au Qatar avait porté en particulier sur la formation de ce "large front antiterroriste". A Téhéran aussi, la crise syrienne est au centre des discussions: le chef de la diplomatie de Bachar al Assad, Walid al Moualem, est arrivé mardi en Iran pour y rencontrer des responsables iraniens et russes. Il y a affirmé mercredi que le pouvoir syrien était prêt à donner son blanc-seing aux initiatives contre l'organisation islamiste, pourvu qu'elles soient coordonnées avec Damas. (voir ID:nL5N10G1ZW ) Téhéran et Moscou demeurent les deux plus solides soutiens du régime, auxquels ils fournissent une aide militaire et financière depuis le début des hostilités il y a plus de quatre ans. En revanche, les Etats-Unis et certains Etats arabes de la région estiment que toute solution au conflit passe par un départ du dirigeant syrien. (David Brunnstrom; Henri-Pierre André et Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant