Nouvelle provocation chinoise : Tokyo déploie ses chasseurs à Okinawa

le
0
Nouvelle provocation chinoise : Tokyo déploie ses chasseurs à Okinawa
Nouvelle provocation chinoise : Tokyo déploie ses chasseurs à Okinawa

Le Japon a déployé des avions de combat pendant 48 heures en réponse aux vols de quatre appareils militaires chinois au-dessus des eaux internationales autour de l'archipel d'Okinawa, proche d'îlots revendiqués par Tokyo et Pékin. Les agences de presse japonaises Jiji Press et Kyodo News ont rapporté dimanche que Tokyo avait déployé ses jets, vendredi et samedi, alors que les avions chinois volaient entre l'île principale de l'archipel d'Okinawa et l'île Miyako. Les appareils chinois ont volé de la mer de Chine orientale jusqu'à l'océan Pacifique, aller et retour, mais ne sont pas entrés dans l'espace territorial japonais. Le ministère japonais de la Défense n'était pas joignable pour commenter.

Samedi, le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait mis en garde Pékin contre un changement brutal de l'équilibre des pouvoirs dans la région. «Certains craignent que la Chine n'essaie de changer le statu quo par la force plutôt que par la voie du droit. Mais si la Chine choisit de s'engager sur ce chemin, alors elle ne pourra s'en sortir de façon pacifique», a-t-il déclaré au Wall Street Journal. Pour Shinzo Abe, la Chine «ne doit donc pas emprunter ce chemin et de nombreux pays attendent du Japon qu'il exprime fermement cette position (...) Ils espèrent qu'en conséquence la Chine adopte une action responsable au sein de la communauté internationale». De son côté, la Chine avait prévenu samedi qu'une quelconque action hostile dans les airs contre des avions chinois constituerait "un acte de guerre".

Manoeuvres aéronavales japonaises en novembre

Les relations entre Tokyo et Pékin sont tendues depuis septembre 2012 en raison d'un différend territorial sur un petit archipel de mer de Chine orientale, administré par le Japon sous le nom de Senkaku, mais revendiqué par Pékin sous celui de Diaoyu. Ces îles se trouvent entre Okinawa et Taïwan.

Le Premier ministre japonais, dont l'une des premières décisions a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant