Nouvelle proposition du consortium Sacyr pour le canal de Panama

le
0
LE CONSORTIUM DIRIGÉ PAR SACYR SOUMET UNE NOUVELLE PROPOSITION POUR LE CANAL DE PANAMA
LE CONSORTIUM DIRIGÉ PAR SACYR SOUMET UNE NOUVELLE PROPOSITION POUR LE CANAL DE PANAMA

MADRID (Reuters) - Grupo Unidos Por El Canal, le consortium dirigé par le groupe de BTP espagnol Sacyr et l'italien Salini Impregilo, a déclaré vendredi qu'il avait soumis une nouvelle proposition à l'Autorité du canal de Panama (ACP) pour résoudre un différend relatif à des surcoûts.

Le consortium a précisé souhaiter un accord avec l'ACP pour reprendre les travaux du chantier, qui doivent doubler la capacité du passage, construit il y a un siècle.

"GUPC (...) a soumis une nouvelle proposition qui prend en compte les préoccupations de l'ACP tout en apportant les financements nécessaires à l'achèvement de la construction de la troisième série d'écluses", précise GUPC dans un communiqué.

Le consortium n'a pas voulu en dire plus sur cette proposition, envoyée jeudi à l'ACP.

Vers 10h10 GMT, l'action Sacyr avançait de 0,59% alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées à la construction était inchangé (-0,03%).

L'ACP a pour sa part déclaré jeudi qu'elle était prête à rompre avec le consortium si les deux parties n'arrivaient pas à s'entendre rapidement à ce sujet.

Dans une interview accordée à Reuters, Jorge Quijano assure que l'ACP pourra si nécessaire trouver seule les 1,6 milliard de dollars manquants pour financer l'agrandissement de la voie d'eau qui relie l'Atlantique et le Pacifique.

De source proche du dossier, on précise qu'il s'agit d'une question de jours. Ensuite, ajoute-t-on de même source, l'Autorité panaméenne pourrait mandater l'assureur Zurich-Amérique du Nord afin qu'il mette fin au contrat passé avec le consortium.

"Nous avons pour notre part avancé significativement pour leur permettre de continuer à travailler, et s'ils ne sont pas d'accord, nous ne pouvons pas continuer à attendre", a souligné Jorge Quijano, joint par téléphone. Le projet, a-t-il affirmé, sera mené à son terme en 2015 "avec ou sans" le consortium.

Grupo Unidos Por El Canal avait annoncé mercredi que les négociations avaient été rompues.

"Le consortium international (...) continue de rechercher une solution pour financer la réalisation du projet et l'achèvement des travaux en 2015, même si l'ACP a rompu les négociations", ajoutait le consortium, soulignant que 10.000 emplois seront menacés si aucune solution n'est trouvée.

Le blocage porte sur l'incapacité des deux parties à déterminer qui paiera les surcoûts.

Pour les entreprises de construction parties prenantes du consortium, ces dépenses imprévues trouvent leur origine dans la mauvaise qualité des études géologiques menées par l'Autorité du canal, ce que l'ACP dément.

Le chantier de Panama représente un quart des activités internationales de Sacyr.

Le projet doublerait les capacités du canal. Son budget initial était de 5,25 milliards de dollars. Avec les surcoûts, il a enflé à près de 7 milliards.

Julien Toyer, Lomi Kriel avec Sonya Dowsett à Madrid, Véronique Tison, Juliette Rouillon, Henri-Pierre André et Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant