Nouvelle passe d'armes entre Montebourg et PSA sur l'usine d'Aulnay

le
5
Nouvelle passe d'armes entre Montebourg et PSA sur l'usine d'Aulnay
Nouvelle passe d'armes entre Montebourg et PSA sur l'usine d'Aulnay

Alors que l'Etat est en lice avec le chinois Dongfeng pour entrer dans au capital de PSA Peugeot Citroën, Philippe Dorge, le directeur des ressources humaines du constructeur est monté au créneau, ce vendredi, pour démentir «catégoriquement les chiffres et informations avancées» par des «militants Lutte ouvrière de l'usine d'Aulnay-sous-Bois qui ont servi à interpeller Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif sur le reclassement des salariés.»

Un peu plus tôt, lors d'une visite au studio du design d'Habitat à Paris, le ministre avait déclaré devant les militants que «pour l'instant, le compte n'y est pas sur Aulnay.» Avant d'ajouter : «La position du gouvernement est de demander à PSA de respecter rigoureusement ses engagements, a-t-il poursuivi. Il n'est pas acceptable pour nous qu'il y ait plusieurs centaines (pour nous c'est 500) qui soient aujourd'hui sur le carreau.»

En outre, Arnaud Montebourg s'est dit «un petit peu surpris de ce qui s'est passé à Poissy» où la direction de PSA a annoncé cette semaine la suppression d'une équipe de 684 personnes sur une ligne de montage de la Peugeot 208. Bilan: «Nous ne sommes pas contents et nous allons le faire savoir», a ajouté le ministre en indiquant qu'il avait demandé à Carlos Tavares, le futur président du directoire de PSA de venir le rencontrer à Bercy.

Avant ce rendez-vous qui promet d'être houleux, PSA a tenu à mettre les points sur les i. «La question du reclassement des salariés de cette usine est trop importante pour être traitée dans ces conditions alors que l'avancement du plan fait l'objet d'une commission de suivi régulière en totale transparence avec les services de l'Etat», a répliqué Philippe Dorge.

 

«Sur 3 000 salariés, 240 personnes n'ont pas encore identifié de reclassement à l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), qui doit fermer cette année, précise Philippe Dorge. Conformément à l'accord signé par les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le samedi 1 fév 2014 à 20:38

    Malheureusement Peugeot va rejoindre Talbot, De Dion, Delahaye, Panhard, Simca.... Les règlementations sont en train de tuer le diesel, le coût du travail tue toute l'industrie, le social tue la France. Peugeot ne s'en remettra pas

  • 445566ZM le samedi 1 fév 2014 à 18:19

    Comment voulez-vous que les industriels investissent en France ? Il donne une image désastreuse.

  • M9035148 le samedi 1 fév 2014 à 10:05

    Montecrote le nouveau Bill gates franchouillard s'y met, c'est un comble .... qu'il se taise et continue son cirque avec Hollandouille

  • Georg47 le samedi 1 fév 2014 à 09:55

    Montebourg le "ravi" de l'idustrie

  • M4328752 le vendredi 31 jan 2014 à 23:11

    LOL !!