Nouvelle opération coup de poing contre les meublés touristique

le
5

Après le Marais, le Ier et Saint-Germain-des-Prés. La ville de Paris a lancé une opération contre les locations touristiques illégales, et va contrôler les immeubles des quartiers concernés.

Il y a quelques mois une opération coup de poing était était organisée par la mairie de Paris contre les locations touristiques illégales - proposées notamment via le site Airbnb - dans le Marais. L’objectif: une opération de 3 jours pour contrôler 80 immeubles du quartier. Sur Twitter, l’élu à la mairie de Paris Ian Brossat a annoncé une opération similaire dans les Ier et VIe arrondissements, avec le soutien des maires de ces deux arrondissements.

En parallèle l’adjoint communiste d’Anne Hidalgo a également annoncé que la ville de Paris allait se doter de nouveaux moyens afin d’optimiser la régulation des meublés touristiques, incluant des contrôleurs supplémentaires, et un renforcement des sanctions pour les propriétaires ne respectants pas la loi. Rappelons que si un propriétaire parisien peut louer en toute légalité sa résidence principale en son absence, il n’en va pas de même pour les résidences secondaires. Pour proposer ce type de logement à des touristes pour de courts séjours, il faut en effet effectuer un changement d’usage des lieux avec une compensation financière à la clé.

Ian Brossat a insisté sur la nécessité d’une collaboration avec les villes de Madrid, New York, et Barcelone, qui sont également touchées par cet enjeu des meublés touristiques illégaux. Un souhait qui avait déjà été émis par le passé par Anne Hidalgo.

Éviter le syndrome du Marais

Avec quelques 50.000 logements proposés dans la capitale, Paris est la première destination mondiale d’Airbnb... devant New York. Problème: dans certains quartiers parisiens, les locataires Airbnb sont plus nombreux que les habitants! À titre d’exemple, si l’on compte le nombre de locataires Airbnb qui ont séjourné durant l’été 2014 dans les IIIe et IVe arrondissement, on obtient un total de 66.320 personnes. Un chiffre très élevé, si l’on compare avec les quelque 64.795 habitants (selon les chiffres publiés en 2012) du Marais qui y ont leur résidence principale!

Petite précision toutefois pour nuancer ces chiffres: le nombre de locataires Airbnb se sont potentiellement relayé durant les deux mois d’été, et ne se sont donc pas retrouvé systématiquement tous ensemble dans le quartier... En tout, quelque 400 à 500 appartements sont contrôlés chaque année. Des vérifications qui ont débouché en 2014 sur 20 condamnations de propriétaires représentant 56 logements loués, avec un total de 560.000 euros d’amendes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 le mardi 12 jan 2016 à 19:07

    Ils ont hâte que les touristes aient déserté Paris ! Ils trouvent normal d'augmenter les taxes locales de 10 fois l'inflation et souvent plus mais sont vent debout contre les gens qui essaient de s'en sortir financièrement en louant leur studio. Vive la gauche dans toute sa splendeur. La Chine a compris depuis des années que pour un pays prospère, il faut des habitants qui le soient.

  • cesarski le mardi 12 jan 2016 à 16:55

    Conclusions : le lobbying des hôtels fonctionne très bien! bravo la maire de paris nous vivons dans une société libre ou il va falloir payer l air que l on respire surtout celui de paris!

  • heimdal le mardi 12 jan 2016 à 16:45

    Une socialiste et son adjoint coco: Au secours ,ces gens ne reconnaissent pas la propriété privée .

  • sibile le mardi 12 jan 2016 à 15:44

    les touristes aussi ont le droit d'être hébergés et de venir dépenser leurs sous en France ; toutes les familles modestes n'ont pas les moyens de dépenser le prix de 2 chambres d'hotel, et aller se loger à La Courneuve Aubervilliers pour visiter Paris c'est pas pratique non plus

  • M7093115 le mardi 12 jan 2016 à 13:32

    fearaient bien surtout de contrôler les milliers de m2 sous utilisés dans les innombrables administrations publiques où la gabegie est proverbiale