Nouvelle méga-fusion sur le marché américain de la télévision payante

le
0
Nouvelle méga-fusion sur le marché américain de la télévision payante
Nouvelle méga-fusion sur le marché américain de la télévision payante

Les grandes man?uvres continuent sur le marché de la télévision payante aux Etats-Unis, avec la naissance annoncée dimanche d'un nouveau géant du secteur, issu de la fusion des opérateurs de télécoms AT&T et satellitaire DirecTV.La transaction en numéraire et en actions, validée dans la journée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux groupes, prévoit qu'AT&T rachète DirecTV pour 95 dollars par titre soit 48,5 milliards de dollars au total, selon un communiqué commun. Avec la reprise de dette, le montant arrive à 67,1 milliards.L'opération est une réponse à un autre mariage annoncé il y a trois mois et qui va rebattre les cartes sur le marché américain de la télévision payante: le premier câblo-opérateur du pays, Comcast, prévoit d'acquérir le numéro deux Time Warner Cable (TWC) pour 45,2 milliards de dollars (66,9 milliards avec la reprise de dette).AT&T est déjà, avec Verizon, l'un des deux poids lourds de la téléphonie mobile et fixe aux Etats-Unis. Il dispose aussi d'une offre de télévision, par fibre optique, mais reste jusqu'ici un assez petit acteur sur ce créneau avec seulement 5,7 millions d'abonnés revendiqués fin mars.Le rapprochement avec DirecTV lui donnerait une dimension vraiment nationale: il deviendrait numéro deux de la télévision payante aux Etats-Unis avec environ 26 millions de clients et un quart du marché, contre quelque 30 millions pour le nouvel ensemble Comcast-TWC. "C'est une opportunité unique, qui va redéfinir le secteur de la vidéo de divertissement et créer une entreprise capable de proposer de nouvelles offres combinées et d'apporter du contenu aux consommateurs sur de multiples écrans" tout en créant "de la valeur immédiatement et à long terme pour les actionnaires", fait valoir le PDG d'AT&T, Randall Stephenson.AT&T s'attend à un effet positif sur son bénéfice par action dès la première année après le bouclage de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant