Nouvelle manifestation de policiers à Paris

le
1
Nouvelle manifestation de policiers à Paris
Nouvelle manifestation de policiers à Paris

PARIS (Reuters) - Plusieurs centaines de policiers ont manifesté vendredi à nouveau devant la préfecture de Paris afin de protester contre la mise en examen pour homicide volontaire d'un collègue de banlieue et réclamer de meilleures conditions de travail.

Commencée fin avril, cette grogne policière rarissime met déjà la pression, avant même sa formation, sur le gouvernement de François Hollande. Le corps se dit victime des réductions d'effectifs, de la montée de la violence et critique les objectifs chiffrés.

Devant la préfecture de police, les policiers, contenus par un cordon de leurs collègues en tenue, ont brandi des pancartes où on pouvait lire : "police en faillite", "flics en colère", "flics solidaires", "la mort ou la prison". Ils ont observé une minute de silence en mémoire des policiers tombés en service.

Les syndicalistes d'Alliance, classé à droite, insistent sur la revendication d'une "présomption de légitime défense" pour les policiers mis en cause après avoir abattu quelqu'un. La gauche a refusé jusqu'ici cette mesure, considérant qu'elle conférerait une liberté de tirer trop grande.

"Le policier, dès qu'il y a une affaire qui se passe mal, n'est pas présumé innocent, il est tout de suite coupable, ce n'est pas normal, ils ne peuvent pas travailler de façon sereine", a dit à Reuters Fabien Vanhemelryck, représentant de ce syndicat.

Il laisse prévoir d'autres actions. "Le gouvernement n'est pas encore constitué, on sera là pour porter nos revendications", a-t-il dit.

De nombreuses manifestations spontanées ont eu lieu après la mise en examen pour homicide volontaire, le 25 avril, d'un policier qui avait tué un homme en fuite à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Le soir même, plusieurs centaines de policiers avaient bloqué les Champs-Elysées, à Paris.

Les revendications diffèrent selon les organisations syndicales, d'où l'absence d'appel unitaire à manifester.

Unité SGP Police réclame ainsi l'abrogation de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) par laquelle un fonctionnaire sur deux partant à la retraite n'est pas remplacé, l'abandon de "la politique du chiffre" et la garantie d'une protection administrative des policiers mis en examen.

Thierry Lévêque, avec Noémie Olive et Johnny Cotton

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M408364 le vendredi 11 mai 2012 à 16:50

    Les policiers ont raison de faire pression sur nos chers bisounours futur gouvernants pour leur rappeler les réalités.