Nouvelle manifestation d'immigrés africains en Israël

le
0

TEL AVIV (Reuters) - Des milliers d'immigrés africains ont manifesté lundi devant plusieurs ambassades occidentales à Tel Aviv, dont celle de France, pour dénoncer le placement par Israël de clandestins dans un centre de rétention pour une durée illimitée et sans aucun jugement.

"Plus de prison", a scandé la foule rassemblée sur la promenade du front de mer devant l'ambassade des Etats-Unis.

Des manifestants se sont aussi réunis devant les représentations de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne, du Canada et de l'Allemagne.

Ils souhaitaient remettre des lettres réclamant un soutien international à leur campagne contre la nouvelle législation israélienne en matière d'immigration.

Environ 60.000 migrants africains, venant surtout du Soudan et d'Ethiopie, sont entrés en Israël depuis 2006, selon les autorités israéliennes. Beaucoup vivent dans des quartiers déshérités de Tel Aviv et réclament un statut de réfugiés.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, juge que leur afflux massif pourrait nuire à la stabilité sociale du pays, qui a déjà érigé en 2012 une clôture à sa frontière avec l'Egypte pour tenter de limiter les entrées sur son territoire.

Après le vote de la nouvelle loi, un centre de détention a été ouvert dans le sud du pays. Ses occupants peuvent le quitter dans la journée mais doivent impérativement y passer la nuit.

Selon des groupes de défense des droits de l'homme, plus de 300 personnes ont été arrêtées depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle législation il y a trois semaines.

Plus de 10.000 Africains ont déjà manifesté dimanche devant la mairie de Tel Aviv.

Dans un communiqué, Walpurga Englbrecht, représentante en Israël du Haut Commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR), a exprimé dimanche son inquiétude devant ce centre de "détention illimitée" qui ne correspond pas aux termes de la convention de 1951 sur les réfugiés.

Le ministre israélien de l'Intérieur, Gideon Saar, a rejeté lundi ces critiques en affirmant que la grande majorité des immigrés venaient chercher du travail et pas l'asile.

"Mais Israël n'est pas leur maison et nous allons nous efforcer de garantir qu'il ne devient pas un pays d'infiltrés", a-t-il dit à la radio de l'armée.

Raz Ratner, Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant