Nouvelle manifestation contre la présidente sud-coréenne à Séoul

le
0
    SEOUL, 19 novembre (Reuters) - Plusieurs centaines de 
milliers de personnes se sont à nouveau rassemblées samedi à 
Séoul pour réclamer la démission de la présidente sud-coréenne, 
Park Geun-hye, mise en cause dans un affaire de trafic 
d'influence.  
    Des manifestations avaient déjà eu lieu lors des trois 
précédents week-ends. Celle du jour a attiré moins de monde, 
mais d'autres étaient cette fois organisées dans plusieurs 
villes de province. 
    Selon la police, 155.000 personnes ont assisté à ce 
rassemblement sur une place du centre de la capitale. Les 
organisateurs parlent, eux, d'un demi-million de manifestants.  
    La présidente Park a présenté des excuses publiques, le 25 
octobre, pour avoir sollicité les conseils d'une amie, Choi 
Soon-sil, qui n'occupe aucune fonction officielle. 
    Elle a en outre proposé de coopérer avec l'opposition à la 
formation d'un nouveau gouvernement et de renoncer à certaines 
prérogatives, sans parvenir à désamorcer la crise. 
    Sa cote de popularité est tombée à 5%, ce qui est sans 
précédent pour un chef de l'Etat depuis l'avènement de la 
démocratie en 1988. 
    Choi Soon-sil, qui connaîtrait la présidente depuis les 
années 70, alors que le pays était dirigé d'une main de fer par 
son père, a été inculpée d'abus de pouvoir et de fraude. Les 
enquêteurs soupçonnent Choi, dont le père est gourou d'une 
secte, d'avoir usé de son influence auprès de Park pour inciter 
des industriels à financer des fondations à but non lucratif et 
d'en avoir retiré un bénéfice financier. 
 
 (Yun Hwan Chae, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant