Nouvelle manifestation à New York après la disculpation d'un policier

le
0

(Actualisé avec nouvelle manifestation prévue jeudi, citations) par Daniel Bases, Zachary Goelman et Robert MacMillan NEW YORK, 4 décembre (Reuters) - De nouvelles manifestations sont attendues ce jeudi à New York où la décision d'un grand jury de ne pas inculper un policier blanc impliqué dans la mort d'un père de famille noir l'été dernier suscite une colère comparable à ce qui s'est passé à Ferguson. Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés mercredi soir dans Manhattan, notamment à Times Square, près du Rockefeller Center et devant la gare de Grand Central, pour dénoncer l'iniquité de cette décision. Ces rassemblements se sont globalement déroulés dans le calme, même si la police a annoncé jeudi matin avoir procédé à 83 interpellations. Comme à Ferguson, où un grand jury a estimé qu'il n'y avait pas lieu de poursuivre le policier blanc Darren Wilson pour la mort de Michael Brown, les jurés new-yorkais ont jugé qu'il n'y avait pas matière à inculper les policiers impliqués dans la mort d'Eric Garner l'été dernier à Staten Island. Les chefs de file du mouvement des droits civiques ont annoncé qu'ils détailleraient un plan d'action pour réduire les violences policières auxquels les membres de la communauté noire sont bien plus exposés que les blancs et tenir la police responsable de ses actes. La veuve d'Eric Garner, Esaw Garner, a refusé pour sa part les excuses présentées par le policier new-yorkais Daniel Pantaleo, mis en cause dans le décès par étouffement et compression. "Le temps de présenter des excuses ou d'avoir des remords, il aurait dû avoir lieu quand mon mari hurlait qu'il ne pouvait plus respirer", a-t-elle dit jeudi matin sur NBC. Eric Garner, père de six enfants, âgé de 43 ans, a succombé alors qu'il était interpellé le 17 juillet pour revente de cigarettes. L'interpellation a été filmée par un vidéaste amateur et largement diffusée sur internet. On entend cet homme obèse et asthmatique dire au policier qui l'étrangle qu'il n'arrive plus à respirer. Après avoir perdu connaissance, il a été déclaré mort à son arrivée à l'hôpital et le médecin légiste a conclu à un homicide. "AUCUN MOTIF RAISONNABLE" Pendant que le maire de New York Bill de Blasio parlait d'un "jour douloureux" pour sa ville, le ministre de la Justice Eric Holder a annoncé l'ouverture d'une enquête fédérale sur les circonstances de son décès. Cette enquête visera à déterminer si les droits civiques d'Eric Garner ont été violés en raison d'un usage excessif de la force. Les techniques d'immobilisation par strangulation ou compression sont interdites par la police new-yorkaise, mais la Patrolmen's Benevolent Association, le syndicat de la police municipale, affirme que les agents impliqués dans la mort d'Eric Garner ont respecté les règles. L'avocat de l'agent Pantaleo, Stuart London, a déclaré au micro de la radio WCBS que son client tentait d'amener Garner au sol parce qu'il redoutait qu'il ne se cogne contre une vitrine. En dépit des éléments à charge, et de la vidéo, le grand jury de la ville de New York a annoncé mercredi n'avoir trouvé "aucun motif raisonnable" pour entamer des poursuites contre Pantaleo. Le maire de New York a vivement réagi à cette décision. Devant la presse, Bill de Blasio, qui s'était engagé lors de son élection à améliorer les relations entre la communauté noire et les services de police, a dit avoir prévenu son fils métis de "faire très attention s'il a affaire à des policiers". Il a aussi appelé ses administrés à ne pas "salir le nom de Garner avec des actes de violence et de vandalisme", un message répété par la famille de la victime, même si celle-ci a rejeté les excuses de Daniel Pantaleo. Sans commenter directement la décision du grand jury, le président Barack Obama a promis de "ne pas relâcher (ses) efforts tant qu'il n'y aura pas davantage de confiance et de responsabilité assumée entre nos communautés et les forces de l'ordre". Le ministre de la Justice Eric Holder a promis pour sa part une "enquête indépendante, approfondie, honnête et rapide" de la part de la justice fédérale qui va notamment examiner en détail la vidéo de l'incident. (Avec Barbara Goldberg et Sébastien Malo; Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant